Syliva Pinel est la personnalité politique à l’origine de la loi Pinel. Députée du Tarn-et-Garonne, elle est née à L’Union, en région toulousaine le 28 septembre 1977. Elle fait ses études au lycée Michelet de Montauban avant d’obtenir un DESS contentieux et arbitrage ainsi qu’un DEA en droit fondamental et Européen à l’université Toulouse 1. Son père, Michel Pinel, était conseiller municipal à Gargas dans les Hautes Pyrénées.

Le parcours politique sans faute de Sylvia Pinel

Très ancrée dans la vie politique locale depuis 2002, elle s’est notamment démarquée auprès de Jean-Michel Baylet, homme politique et actionnaire du groupe La Dépêche. Ce dernier l’embauche à ses côtés alors qu’elle n’a que 24 ans et la promeut peu de temps après chef de cabinet. Mais c’est en 2007 que Sylvia Pinel est placée sous le feux des projecteurs en entrant à l’Assemblée Nationale. Elle a en effet été élue en tant que député de la seconde circonscription du Tarn-et-Garonne en Midi-Pyrénées. Elle est même réélue en 2012, remportant près de 60 % des suffrages face à la candidate du Front National.

La consécration : Pinel devient ministre du logement de l’Egalité des territoires et de la Ruralité en 2014

Alors que les observateurs misaient sur l’arrivée de Thierry Repentin au poste de ministre du logement, c’est finalement Sylvia Pinel qui a été nommée afin de succéder à Cécile Duflot.
Après avoir reconnu que le secteur traversait une « crise violente, profonde et installée », la nouvelle ministre a expliqué vouloir « restaurer la confiance ».

Le passage de Sylvia Pinel au ministère du Logement

L’action de Sylvia Pinel à la tête du ministère du Logement et de l’Égalité des territoires a été mouvementée. Après la cataclysmique loi Duflot, son rôle fut de détricoter la loi et de la rendre plus attractive, afin de rassurer les investisseurs qui avaient fui le secteur.

Un rôle mené de main de maître, tant la loi a changé le cours du marché immobilier. C’est bien simple, depuis sa promulgation en septembre 2014, la loi est un véritable succès. Bien sûr, les premiers mois, les professionnels étaient sceptiques. Mais Sylvia Pinel a su les convaincre, en apportant la souplesse demandée.

Ce changement était attendu par les investisseurs, qui le lui ont bien rendu. Les mises en chantier sont, depuis, en augmentation constante, tout comme le volume des transactions. Les taux d’intérêt, historiquement bas tout au long de son passage comme ministre, ont facilité la tâche du dispositif.

Sylvia Pinel a été remplacée par Emmanuelle Cosse, ex patronne d’Europe Écologie Les Verts, le 11 février 2016, puis par Jacques Mézard, en juillet 2017, après la démission de Richard Ferrand le 19 juin 2017.

L’ex-ministre du Logement représente le Parti Politique Radical de Gauche à la primaire de la gauche. Créditée de 6% environ des intentions de vote pour le premier tour, Sylvia Pinel a pu ainsi profiter d’une tribune en or pour exposer ses idées. Son programme fiscal est fortement orienté vers les entreprises et affiche une volonté de renforcer les dispositifs de défiscalisation dans le logement.