Emmanuelle Cosse est une figure incontournable de l’écologie et du monde associatif
. Elle est née le 15 novembre 1974, dans le 14e arrondissement de Paris et a grandi dans le 12e. La loi Pinel 2016, promulguée par sa prédécesseur, est le marqueur fort du quinquennat.

L’engagement politique d’Emmanuelle Cosse débute dès le lycée, où elle milite pour la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) dès 1990. Elle rejoint Act’up Paris en 1992, où elle occupe les postes de trésorière et vice-présidente, puis prend la présidence de l’association de lutte contre le Sida de 1999 à 2001. À l’époque, elle la première femme – à 25 ans qui plus est – hétérosexuelle et séronégative à présider l’association.

Emmanuelle Cosse prend la tête des écologistes

Politiquement, Emmanuelle Cosse a toujours eu une sensibilité écologique. Elle rejoint le parti Europe Écologie-Les Verts (EELV) en 2009 et va rapidement y faire ses classes. Elle est élue à la région Ile-de-France lors des élections régionales de 2010, où elle obtient la 8e vice-présidence, chargée du Logement (déjà), de l’habitat du renouvellement urbain et de l’action foncière.
Une nouvelle étape est franchie en 2013 : Emmanuelle Cosse est élue secrétaire générale d’EELV. Elle se représente ensuite, cette fois comme tête de liste, aux régionales de 2015, toujours en Ile-de-France. Malgré l’alliance avec le Parti Socialiste et le Front de Gauche, la liste est battue au second tour.

L’action d’Emmanuelle Cosse au ministère du Logement

Sa nomination au ministère du Logement et de l’Habitat durable va précipiter sa sortie d’Europe Écologie-Les Verts, la majorité des adhérents et du bureau politique n’approuvant pas les décisions du gouvernement et rejetant donc toute participation. De son côté, Emmanuelle Cosse défend une écologie de l’action et considère que sa présence au sein de l’exécutif permet de peser sur les décisions.
Emmanuelle Cosse dispose d’à peine plus d’un an pour imposer sa marque sur la politique du Logement. Et la ministre n’a pas attendu pour s’imposer. Dès sa nomination, elle a affirmé sa volonté de publier les derniers décrets de la loi Alur, d’élargir l’encadrement des loyers et, surtout, de favoriser autant que faire se peut la rénovation énergétique du public et du privé. Il est peu probable qu’une loi à son nom soit promulguée avant la fin quinquennat de François Hollande.


Emmanuelle Cosse présente le projet de loi… par territoiresgouv

Emmanuelle Cosse a succédé à Sylvia Pinel au ministère du Logement.