Qui est Jacqueline Gourault, la nouvelle ministre de la Cohésion des territoires ?

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Pinel
  • Commentaire 0
Ca y est ! Près de deux semaines après la démission de Gérard Collomb, le gouvernement vient enfin de dévoiler, ce mardi 16 octobre, le remaniement ministériel. Jacqueline Gourault, jusqu'à aujourd'hui ministre auprès du ministre de l'Intérieur, vient remplacer Jacques Mézard au poste de ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales.
Accueil / Actualités / Actualités loi Pinel / Qui est Jacqueline Gourault, la nouvelle ministre de la Cohésion des territoires ?

Une nouvelle équipe à la Cohésion des territoires

Le 16 octobre 2018, elle est nommée ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales.

 

Pour ce nouveau poste elle pourra s’appuyer sur Sébastien Lecornu, anciennement secrétaire d’Etat auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, qui est désormais chargé des relations avec les collectivités territoriales, et sur Julien Denormandie, qui passe de secrétaire d’Etat auprès du ministre de la cohésion des territoires à ministre auprès de la ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales, chargé de la ville et du logement.

Très honorée d’assumer, aux côtés de Sebastien Lecornu et Julien Denormandie, un ministère au service même de l’amélioration du cadre de vie des Français. La tâche est exigeante mais passionnante.

Ce nouveau trio aura comme mission première de restaurer une relation de confiance entre l’exécutif et les collectivités territoriales.

« Madame Collectivités locales »

jacqueline-gourault-ministere-cohesion-territoires (1)

Source image : Gouvernement.fr


Jacqueline Gourault
, 67 ans, est entrée au gouvernement le 21 juin 2017, après les élections législatives, en tant que ministre auprès du ministre de l’Intérieur. S’entendant très bien avec Gérard Collomb, cette spécialiste des collectivités locales a su aussi jouer un rôle important auprès de Jacques Mézard et Julien Denormandie. Elle s’est alors très rapidement rendue incontournable. Véritable « couteau suisse » du ministère de l’intérieur, elle est également surnommée « d’agent traitant » du gouvernement auprès des élus.

Au gouvernement, elle joue un rôle de messager essentiel entre les élus de terrain et l’exécutif, ce qui a permis d’éviter bien souvent qu’un fossé d’incompréhension ne se creuse. Ca a notamment été le cas lors de l’abaissement de la vitesse à 80 km/h.

Forte de la confiance de Matignon, elle s’est, entre autre, vu confier le dossier corse. Elle est ainsi devenue l’interlocutrice privilégiée de Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, les présidents nationalistes de l’exécutif et de l’assemblée de l’île.

Malgré quelques maladresses, comme lorsqu’elle a évoqué des « prisonniers politiques » corses ou s’est offusquée que des députés LR veuillent « obliger un ministre à répondre », elle est restée un élément indispensable pour le gouvernement. Pour preuve, le Premier ministre la chargée de préparer une possible fusion entre les deux départements alsaciens.

Une figure du MoDem

Ancienne sénatrice MoDem du Loir-et-Cher, Jacqueline Gourault est une proche de François Bayrou.

Professeur d’histoire-géographie, elle s’engage en politique en 1974, lors de la campagne de Valéry Giscard d’Estaing.
En 1983 elle est élue conseillère municipale, puis maire de La Chaussée-Saint-Victor de 1989 à 2014.

C’est en 1993 qu’elle se lance sur la scène politique départementale en se présentant contre Jack Lang aux élections législatives. Bien qu’elle ait perdu, elle se présentera à nouveau face au maire de Blois en 1994 et en 1997.

En 2001 sa carrière prend une nouvelle dimension puisqu’elle devient sénatrice et s’inscrit au groupe UDI-UC. Elle prend la tête de la délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et à la décentralisation en 2011, avant d’être nommée vice-présidente du Sénat en 2014 aux côtés de Gérard Larcher.

Lors de la dernière campagne présidentielle, en 2017, elle soutient Emmanuel Macron et rejoindra le gouvernement le 21 juin.

Pas de commentaire