Menace sur le crédit à la française ?

Dans une optique de réduction des risques, les prêts immobiliers avec peu ou pas d’apport pourraient ne plus être accordés. De quoi enrayer la bonne dynamique du secteur.

 

 

 

 

 

Cette nouvelle pourrait faire l’effet d’une bombe. Alors que le secteur de l’immobilier retrouve, enfin, une croissance satisfaisante, les prêts immobiliers pourraient être sérieusement restreint. Le Comité de Bâle, instance qui gère et régule le système bancaire européen, réfléchit à de nouvelles mesures de réduction des risques. Parmi elles, le fait d’imposer aux banques françaises d’augmenter leurs fonds propres quand elles accordent des crédits immobiliers avec peu ou pas d’apport.

De fait, les banques pourraient tout simplement refuser d’accorder ces prêts. Sans apport, le prêt doit forcément être au niveau du prix d’achat. Mais dans le cas où le propriétaire souhaite vendre son logement à moindre prix, quelques soient les raisons, la vente ne couvrirait pas le montant du prêt, ce qui n’est pas une bonne solution pour la banque.

Couper le flot du crédit

Le risque le plus important, et le plus grave, est que les banques coupent tout simplement le flot des crédits immobiliers, mettant ainsi l’ensemble du secteur sur la sellette. Et les premiers touchés seraient les ménages aux revenus les plus modestes, les privant ainsi d’accéder à la propriété. Mais les professionnels sont sur le pont, dans le cas où cette mesure deviendrait réalité.

Partagez l'article : Facebook Linkedin Twitter Google Plus Mail

Votre simulation pinel personnalisée

Avec un investissement Pinel, vous pouvez bénéficier d’une réduction fiscale allant jusqu’à 63 000 € !
Et vous, quel sera le montant de votre économie d’impôt ?

Etude gratuite et sans engagements