La réputation des établissements scolaires augmente le prix au m²

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités
  • Commentaire 0
La dernière enquête de Meilleursagents.com montre que vivre à côté des meilleurs collèges publics génère un surcoût de 7 à 27% de plus que le prix au mètre carré moyen d'un bien immobilier. L'étude évoque tout particulièrement les meilleurs établissements publics : à savoir, les 25% de collèges ayant obtenu les meilleurs taux de réussite et de mention au brevet selon le classement de l'Etudiant.
Accueil / Actualités / La réputation des établissements scolaires augmente le prix au m²

C’est à Montpellier et Toulouse que le coût supplémentaire au mètre carré est le plus important, avec respectivement +22% et +27%. A Paris les secteurs proches d’un bon collèges affichent +17%. C’est Bordeaux qui détient la place la plus raisonnable du classement, avec un surcoût de 7%. Suivi de Lille (8%) et Lyon (9%), puis Nice, Rennes et Nantes, où le prix de l’immobilier autour d’un collège réputé génère un surcoût de 11, 12 et 13% à la moyenne. La surcôte est encore plus élevée à Paris : +17%. Et c’est encore pire à Montpellier et Toulouse : +22% et +27%. L’étude Meilleursagents.com évoque des moyennes, les chiffres peuvent donc varier de manière importante selon l’établissement concerné. Ainsi certains établissements font s’envoler les prix, c’est notamment le cas du collège Lavoisier à Paris, le mètre carré coûte +35% de plus qu’ailleurs, +37% pour le collège Lavoisier et +51% autour du collège Duruy, le seul collège public du 7ème arrondissement de Paris. Les agents immobiliers sont unanimes : l’établissement scolaire est un critère de choix, parfois les visites n’ont pas lieu car le collège concerné n’a pas les honneurs de la famille.

«Est-ce la présence de bons collèges qui stimule la demande et par conséquent, pousse les prix à la hausse ? Ou est-ce que les bons résultats se retrouvent dans les quartiers les plus aisés car les élèves y bénéficient d’un environnement plus favorable ? Il y a sans doute un peu des deux mais dans tous les cas, le constat est alarmant. A l’heure où l’on souhaite parler d’égalité des chances, on ne peut que déplorer ce filtre par l’argent» déclare Sébastien de Lafond, président de Meilleursagents.com.

Certains établissements restent de « bons plans »

A contrario, un point reste rassurant dans l’étude : certains établissements réputés restent accessibles, dans des zones où les prix au mètre carré sont moins hauts que le prix moyen au mètre carré dans la ville. On nomme par exemple Jean de la Fontaine (-4% par rapport à la moyenne des tarifs parisiens) et Georges Courteline (-8%) dans les 16ème et 12ème arrondissement, et qui recueillent tous les deux un excellent taux de réussite.

Pas de commentaire