Suivez-nous :

Les chiffres de la location immobilière en France en 2022

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités, Actualités immobilières
  • Commentaire 0
Retrouvez les derniers chiffres de la location immobilière en France, édités par le spécialiste "Se Loger" en juillet 2022 au sein d'une étude. Quels sont les loyers les plus élevés, les plus abordables et ceux où la hausse annuelle excède désormais le fameux "bouclier loyer" annoncé par le gouvernement ? Réponses.
Accueil / Actualités / Les chiffres de la location immobilière en France en 2022

Avec la crise inflationniste internationale subie de plein fouet, les espoirs d’achat immobilier des Français s’amenuisent. Beaucoup suspendent ou retardent leur projet d’acquisition en raison de taux d’intérêt d’emprunt qui ne les favorisent pas, s’en retournant ainsi vers un marché locatif déjà très dense.

L’acteur de référence en la matière « Se Loger » a dressé un état des lieux dans le courant de l’été 2022 afin d’observer comment se portent actuellement les prix de la location dans l’Hexagone.

Les loyers les plus élevés de France

Sans grande surprise, la ville capitale reste inconditionnellement championne en la matière en présentant le loyer de location immobilière le plus cher de France. De fait, un appartement meublé de 45 m² se loue à Paris 1 503 € par mois. Un écart nettement palpable distance ce prix élevé des autres métropoles figurant pourtant également dans le trio de tête au côté de la Ville Lumière. Arrivent ainsi ensuite Lyon qui, pour un logement de mêmes caractéristiques, pratique un loyer mensuel de 931 €, puis Bordeaux avec un bail locatif à 891 € par mois. Il est à noter que ces prix n’intègrent pas les charges locatives.

Pour la location d’un appartement vide de 45 m², la tendance des loyers les plus onéreux diffère un tant soit peu. Paris conserve la première place avec un loyer mensuel établi à 1 309 €, puis lui succèdent Nice (784 €) et sa voisine littorale Cannes (765 € par mois).

Sur le pan de la location de maisons, les biens immobiliers disposant de jardins sont particulièrement recherchés depuis la survenance de la crise sanitaire et du premier confinement en mars 2020. La Ville Lumière détient, une fois de plus, la palme des maisons les plus chères avec un prix de 26,4€/m². Suivent ensuite derrière Paris les communes balnéaires d’Antibes (20,4 €/m²) et de Cannes (20,3 €/m²).

Les loyers les plus faibles de l’Hexagone

Pour les loyers les plus faibles de France, c’est du côté des villes de grandeur intermédiaire qu’ils se distinguent. Meublé, un appartement de 45 m² se loue 482 € à Calais, 490 € à Quimper et 508 € à Béziers.

Nu, le prix mensuel de location du même logement décroit sensiblement. Il se fixe ainsi à 451 € à Béziers, à 454 € à Quimper à nouveau, et à 457 € par mois à Limoges.

Pour trouver les maisons les plus accessibles à louer dans l’Hexagone, c’est vers Le Mans (8,8 €/m²), Limoges (8,9 €/m²) et Brest (8,9 €/m²) qu’il convient de se diriger.

Les chiffres du marché locatif en France en 2022

Bouclier loyer : ces villes où la hausse franchit le palier de 3,5 %

Face à une conjoncture économique maussade, nombre de propriétaires français ont récemment remonté le prix mensuel affiché sur leurs baux de location. Ils bénéficient de cette possibilité légale en indexant la hausse sur l’IRL (Indice de Référence des Loyers) et son évolution annuelle. Une augmentation parfois compliquée à absorber pour les locataires, également malmenés par l’inflation galopante.

En effet, dans son étude, « Se Loger » apprend que les loyers des villes d’Angers, de Saint-Nazaire et de Quimper, ont subi en moyenne des progressions respectives de 8 %, 4,9 % et 4,3 % sur un an. Des collectivités locales comme Saint-Etienne et Limoges ont même enregistré sur les trois derniers mois des augmentations nettes de 2,9 % et 1,8 %.

Afin de contenir ces accélérations tarifaires, le gouvernement a annoncé la mise en place d’un « bouclier loyer » limitant à 3,5 % maximum les hausses pratiquées par les bailleurs (article 12 de la loi sur le pouvoir d’achat, publiée au Journal Officiel le 17 aout 2022). Ce plafonnement ne serait que ponctuel et ne durerait pour l’instant qu’une seule année, du troisième trimestre 2022 à la fin du deuxième trimestre 2023.

En savoir plus sur les prix de l’immobilier

Pas de commentaire