Investissement immobilier et taux d’intérêt  Favoriser l’achat locatif


L’investissement immobilier s’attaque à la crise du logement

Depuis plus de trente ans, les différents ministres du Logement se débattent comme ils peuvent avec l’un des serpents de mer les plus résistants qui soit : la crise… du logement. En effet, la demande est supérieure à l’offre depuis fort longtemps. La mode des HLM, construits à tour de bras il y a des années, ne l’a pas résolue. Peut-être même l’a-t-elle renforcée, en créant des ghettos dont la majorité des habitants veut s’échapper quand d’autres n’ont pas les moyens de se loger ailleurs.

La situation a ceci de paradoxal que certaines zones sont peu à peu désertées quand d’autres sont sur le point d’exploser. Et malgré un zonage qui définit les zones les plus tendues et donc celles où investir en priorité, malgré l’avalanche de dispositif d’incitation à l’investissement locatif, la crise court et court encore. Et si la dernière promesse en date vient de François Hollande – 500 000 logements construits par an -, tous les hommes politiques ont promis monts et merveilles avant de décevoir, encore et toujours.

Investissement immobilier et taux d’intérêt


Cependant, il semblerait que la donne va évoluer dans les semaines, mois et années à venir. En effet, l’environnement économique est particulièrement favorable à l’immobilier ces temps-ci : les taux d’intérêt flirtent avec des niveaux rarement vus auparavant, à 2,05% sur 20 ans, et les prix des logements ont baissé en quelques années. Attention, les prix sont à nouveau orientés à la hausse en ce début d’année 2017.

La faiblesse des taux d’intérêt rend possible un investissement locatif sans apport. Il est cependant nécessaire de dégager une capacité d’épargne minimale de 200 euros par mois en moyenne.

Et, cerise sur la gâteau, la loi Pinel semble avoir rassuré les investisseurs, au point que les constructions sont de nouveau en hausse. Le dispositif est idéal : un investisseur achète un logement pour le mettre en location. En contrepartie, il bénéficie d’une réduction d’impôt proportionnelle à la durée locative choisie, entre trois :

  • 6 ans donne droit à 12% de réduction d’impôt.
  • 9 ans à 18%
  • 12 ans à 21%.

Comme tout investissement, un achat via le dispositif Pinel peut présenter des risques, si la partie financière est mal évaluée. Il est fortement conseillé de réaliser une simulation d’achat immobilier avant de lancer son projet, tout comme il est indispensable de se renseigner sur la localisation du bien (dynamisme économique de la ville, présence de services public, etc…)

Favoriser l’achat locatif


Outre le fait de participer à une lutte qui nous dépasse, l’investissement immobilier en faveur de la location – ou achat locatif – peut être aussi très attractif au niveau financier. En effet, l’avantage Pinel permet d’investir sans posséder d’apport. La charge personnelle minimum pour investir s’élève en moyenne à 200 euros par mois. Elle permet de combler le coût du crédit, remboursé par les loyers. D’autant qu’à terme, le bien aura pris de la valeur et qu’en cas de revente, le propriétaire fera une plus-value intéressante.

L’achat locatif est une solution efficace et qui peut satisfaire une large frange de la population, lui permettant d’investir dans la pierre pour un coût abordable. Par exemple, un 40 m2 à Toulouse coûte moins de 170 000 euros, à peu près. La ville rose dispose d’une population étudiante massive et active qui se transformera à terme en salarié junior. Une telle surface est parfaitement adapté et trouvera preneur dès 500 euros de loyer. L’achat locatif est un bon moyen efficace de mettre un pied dans le monde de l’immobilier.

 

Découvrir nos autres conseils