Pour bénéficier de l’avantage Pinel dans l’ancien, il est impératif de réaliser des travaux permettant au logement de bénéficier du label HPE rénovation 2009. Ce label confirme que les travaux dont a bénéficié le logement l’ont mis au niveau du neuf, en ce qui concerne les performances énergétiques et donc la consommation d’énergie. Cet impératif va permettre à une grande partie du parc immobilier ancien d’être remis à niveau, d’éviter les fuites d’énergie et de réduire la facture énergétique des contribuables. L’achat locatif ancien est autant un moyen de baisser ses impôts que de régénérer le parc immobilier.

Investissement locatif ancien : les avantages

L’investissement locatif ancien propose plusieurs avantages. Tout d’abord, cela permet d’améliorer les performances énergétiques d’un logement, ce qui, en soi, est plutôt bénéfique, tant pour la facture que pour la planète. Si le but est, à terme, d’habiter le bien loué, ce seront des travaux en moins à faire.

Ensuite, l’investissement locatif ancien bénéficie de la même réduction Pinel que le neuf, soit :

  • 12% de réduction d’impôt pour une location de 6 ans.
  • 18% pour 9 ans.
  • 21% pour 12 ans.

Couplé à un prix normalement en deçà de l’équivalent neuf, les travaux peuvent être facilement amortis grâce à l’avantage fiscal. Il est également possible de louer le bien à ses ascendants et/ou descendants.

Investissement locatif ancien : les impératifs

Comme tout investissement Pinel, il y a un certain nombre de critères à respecter pour bénéficier de la réduction d’impôt. Premièrement, le logement doit être situé dans l’une des zones éligibles Pinel, A bis, A ou B1. Ces zones délimitent également des plafonds de ressources pour le locataire et des plafonds de loyers pour les propriétaires.

Ensuite, un investissement locatif ancien ne peut dépasser 300 000 euros par an. Tout du moins, la réduction Pinel n’ira pas au-delà. Le logement doit être loué à titre de résidence principale pour le locataire.