Immobilier : Emmanuelle Cosse défend l’encadrement des loyers

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités
  • Commentaire 0
Invité dans la matinale de RTL, la ministre du Logement et de l’Habitat durable a, de nouveau, défendu l’encadrement des loyers.
Accueil / Actualités / Immobilier : Emmanuelle Cosse défend l’encadrement des loyers

Un an. Cela fait pile un an que l’encadrement des loyers, mesure phare de la loi ALUR, est entré en vigueur à Paris. Et pour célébrer cet événement auquel peu de professionnels croyaient, Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, a profité d’un passage radio pour, une nouvelle fois, défendre la mesure.

Et de rappeler que les prochains locataires parisiens bénéficieront de loyers inférieurs de 5 à 10% aux prix pratiqués auparavant. “On a vu les loyers se stabiliser à Paris, ce qui ne s’était pas observé depuis plus de dix ans” a précisé la ministre. Étonnamment, si les locataires sont satisfaits des effets de la mesure, les propriétaires le sont moins.

Perte de l’intérêt général

Avant d’être un moyen de gagner de l’argent sans rien faire – si ce n’est placer ses économies dans la pierre -, il est utile de rappeler que qu’un logement sert avant tout à protéger une personne du monde extérieur et de ses contraintes, et de pouvoir vivre une vie décente en appliquant quelques règles de base, comme se laver, se nourrir, se reposer en toute sécurité.

Mais l’immobilier, comme beaucoup d’éléments de nos sociétés modernes, est devenu un objet de spéculation, une façon de gagner toujours plus d’argent sur le dos des autres. Quand le locataire trouve logique et normal de payer un loyer en rapport avec le bien proposé et non en fonction d’un éventuel marché intangible et déconnecté de la réalité, les propriétaires pestent parce qu’ils vont faire moins de bénéfices. Ce monde gagnerait à retrouver ses repères, et à faire de l’intérêt général une valeur cardinale, au détriment de l’intérêt personnel.

Pas de commentaire