Ile-de-France : Emmanuelle Cosse veut renforcer le droit au logement

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités
  • Commentaire 0
La ministre du Logement a rencontré le directeur général de l’Union des entreprises et des salariés pour le logement (UESL) - Action Logement, Bruno Arbouet, pour renforcer l’application du droit au logement opposable dans la région.
Accueil / Actualités / Ile-de-France : Emmanuelle Cosse veut renforcer le droit au logement

La loi DALO, sur le doit au logement opposable, a été instaurée en 2007, à l’initiative de Jacques Chirac. Elle prévoit que les familles mal logées ou en attente d’un logement social depuis trop longtemps fassent valoir leur droit de vivre dans un logement décent, si elles ne peuvent pas l’obtenir par leurs propres moyens. La région ile-de-France est la plus touchée par les problèmes de logement et la loi DALO est parfois difficilement applicable.

L’objet de la réunion du 7 mars entre Emmanuelle Cosse et Bruno Arbouet était la signature d’un protocole d’accord visant à renforcer l’application de la loi en Ile-de-France. La ministre du Logement et de l’Habitat durable en a profité pour rappeler que cet accord n’est pas le fruit du hasard mais s’inscrit dans un plan plus global, le plan DALO, pour améliorer l’action de l’État et de ses partenaires. Et de rappeler le travail mené par ses prédécesseurs.

 

Ainsi, le protocole d’accord prévoit :

  • Mobilisation de 25% du parc géré par Action Logement à destination des salariés prioritaires au titre du DALO ou sortant de structure d’hébergement, d’ici à 2018.
  • Ce nombre sera porté à 50% dans les communes carencées en logement sociaux le temps de la carence, puis la part baissera à 30%.
  • Action Logement pourra proposer un accompagnement social aux familles en difficulté, ou pourra proposer qu’elles soient accompagnées.
  • Une plateforme numérique de gestion des dossiers, SYPLO, permettra un suivi régulier des actions menées.
  • Un comité de suivi se réunira deux fois par an, pour étudier le dispositif mis en place et apporté, si besoin, des corrections.

Alors que la marché immobilier se porte mieux, certaines personnes et familles sont toujours logées dans des conditions déplorables. Pourtant, tout le monde à droit à un logement décent.

Pas de commentaire