Immobilier : Emmanuelle Cosse souhaite redéfinir le label Écoquartier

Pressée par le temps, la ministre du Logement choisit avec soin ses combats. Le label Écoquartier fait partie de ses priorités.

Le respect de l’environnement et le contrôle des énergies poussent l’immobilier dans son ensemble à penser son développement autrement. C’en est terminé des tours bétonnées et hautes de plusieurs kilomètres, tout comme les cités dortoirs éloignées des centres-villes. Les constructions écologiques, souvent en bois et économe en énergie – quand elles ne sont pas à énergie positive – ont désormais le vent en poupe.

Consciente de cette réalité, la ministre du Logement et de l’Habitat durable Emmanuelle Cosse a décidé d’apporter quelques retouches au label Écoquartier, qui récompense ces bâtiments écologiques et durables. La ministre souhaite “une nouvelle génération d’Écoquartiers qui intègrent de nouvelles dimensions : bien-être, nature en ville, santé, éco-matériaux…”, a-t-elle précisé.

Missionné jusqu’en décembre 2016

Emmanuelle Cosse a missionné Alain Jund, adjoint écologique au maire de Strasbourg et chargé de l’urbanisme, pour trouver les pistes permettant de remettre à neuf le label. Ses conclusions sont attendues pour décembre 2016.

Ses priorités s’articulent autour de 5 grands axes : des écoquartiers adaptés à l’échelle du territoire, une labellisation sur l’ensemble du cycle de production (de la conception jusqu’à la vie quotidienne des habitants), la participation des habitants à la conception et à la gestion de leur quartier, la santé, le bien-être et la nature en ville, et pour finir la qualité de l’air intérieur.

Crédit photo : © Eugene Sergeev – Shutterstock

Partagez l'article : Facebook Linkedin Twitter Google Plus Mail

Votre simulation pinel personnalisée

Avec un investissement Pinel, vous pouvez bénéficier d’une réduction fiscale allant jusqu’à 63 000 € !
Et vous, quel sera le montant de votre économie d’impôt ?

Etude gratuite et sans engagements