Le marché immobilier à Bordeaux

Acheter en loi Pinel Bordeaux, c’est miser sur une ville qui se démarque. Alors que la plupart des métropoles françaises voient leurs prix de l’immobilier et leurs volumes de ventes, baisser ou stagner, Bordeaux sort de la mêlée.

D’après l’Argus du logement en octobre dernier la hausse des prix s’élevait à 4,3% entre le 3ème trimestre 2013 et 2014. Le prix moyen du m2 à Bordeaux pour un appartement est actuellement de 3 085€, selon meilleursagents.com. Ainsi, pour 1 000 euros, vous pouvez acheter un 47 m2 sur le marché immobilier à Bordeaux. Le pouvoir d’achat immobilier à Bordeaux a régressé de un m2 en un an. Derrière Nice et Lyon, Bordeaux est devenu la 3e ville de région la plus chère de France.

Un marché longtemps sous coté

Investir à BordeauxCette envolée des prix  sur le marché immobilier à Bordeaux a plusieurs facteurs. Pendant de longues années, Bordeaux était une ville sous cotée, en manque de transports et d’aménagements urbains. Aujourd’hui, la communauté urbaine de Bordeaux vise le million d’habitants. Avec 7 000 nouveaux habitants pour la ville et 40 000 pour la région Gironde, Bordeaux est une ville attractive. Ses nombreux projets urbains sur le marché immobilier du neuf bordelais peuvent expliquer son attractivité. Ils ont permis d’élargir l’éventail de prix et de choix de logements neufs. Ce n’est pas par hasard, si le site Explorimmo a classé celle que l’on surnomme “la belle endormie”, comme la première ville de France où investir. Néanmoins, la flambée des prix, notamment sur le marché de l’immobilier ancien bordelais, freinent de nombreux acheteurs. Les primo-accédants sont en première ligne. Selon l’indice ITI du site meilleursagents.com, en janvier 2011, 3,3 acheteurs étaient comptabilisés pour un vendeur. Aujourd’hui le rapport demeure de 1 pour 1 et la tendance des prix indiquée serait à la baisse.

Les Bordelais reviennent sur leurs choix

Les professionnels du marché immobilier à Bordeaux ont remarqué un retour en arrière des Bordelais. Beaucoup d’entres eux avaient décidé de quitter le centre ville pour s’installer en périphérie, il semblerait qu’ils reviennent sur leur décision. Pour les personnes aux revenus plus modestes qui souhaitent tout de même s’installer intra-muros, le sud de la ville possède des prix plus attractifs. D’ailleurs le projet Euratlantique, basé dans ce secteur géographique, va dynamiser la zone. Là où les projets urbains arrivent et où le tramway est déployé, les quartiers évoluent avec un fort potentiel immobilier. À Bordeaux, les zones en plein développement se multiplient tout comme les possibilités d’investir.