Suivez-nous :

Immobilier neuf : la crise de Covid-19 n’a pas freiné la demande de logements neufs

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités
  • Commentaire 0
Malgré la crise sanitaire et les confinements, la demande de logements neufs n’a pas cessé de croître. Côté offre, le nombre de constructions et de mises en vente ont considérablement baissé. Le marché doit faire face à une demande abondante alors que l’offre devient de plus en plus rare. Faisons le point.
Accueil / Actualités / Immobilier neuf : la crise de Covid-19 n’a pas freiné la demande de logements neufs

L’offre de logements neufs fortement impactée par la crise sanitaire

6,9 %, c’est la baisse de constructions de logements en 2020. Et les perspectives pour l’année 2021 ne semblent pas être synonymes de reprise. En effet, les derniers chiffres publiés par le ministère de la Transition Ecologique interrogent.

L’an dernier, le gouvernement rapporte que seulement 376 700 logements ont été mis en chantier, soit une baisse de plus de 25 000 logements. Cette chute s’explique notamment par la circulation du virus au printemps 2020, qui a stoppé l’économie française. Des restrictions sévères, des activités et des chantiers bloqués ont mis le marché de l’immobilier sur pause. Le temps de la mise en place du protocole sanitaire, de nombreux retards se sont accumulés. Le deuxième confinement, en fin d’année, a lui eu moins d’impacts, car le marché de l’immobilier s’était mieux préparé.

Les permis de construire sont aussi touchés

Seulement 381 600 logements autorisés en 2020, soit une baisse de presque 15 %. La crise sanitaire qui s’est transformée en crise économique peut avoir de lourdes conséquences sur le marché de l’immobilier. Ainsi, on constate une baisse d’octroi de permis de construire de 20,7 % sur les immeubles et environ 10 % sur les maisons.

Avec une offre de logements neufs insuffisante, le risque d’une montée des prix est à surveiller.

Mais la demande de logements neufs ne cesse d’augmenter.

Les prix de l’immobilier neuf ont augmenté en 2020 dans de nombreuses régions. La principale cause étant une offre de plus en plus restreinte à cause du Covid et ses conséquences économiques.

Les prix du neuf progressent, mais ils pourraient rapidement être rattrapés par ceux de l’immobilier ancien. De plus en plus de villes font le choix d’un renouvellement urbain afin d’attirer de nouvelles populations.

Le neuf répond aux nouvelles exigences

Les Français ont dû faire face aux confinements. Ces semaines enfermées ont pour beaucoup de Français fait évoluer leurs critères de recherches dans l’immobilier. Avec pour principale demande, un espace extérieur. Ces espaces sont, à ce jour, plus facilement trouvables dans des constructions neuves.

L’immobilier neuf rentre dans une stratégie de lutte contre le réchauffement climatique. Sujet qui prend de plus en plus d’importance suite à la canicule de 2020, moment vécu en télétravail pour de nombreuses personnes.

De plus, la nouvelle réglementation thermique RT 2020 est opérationnelle. Elle impose pour tous les permis de construire datés à partir du 1er janvier 2021, que les bâtiments produisent leur propre énergie. On parle de bâtiments à énergie positive, grâce à l’utilisation des énergies renouvelables (BEPOS). Ces nouvelles règles vont permettre aux occupants de considérablement baisser, voir annuler leurs dépenses en électricité et chauffage. À ce jour, les logements neufs qui sont actuellement en vente ont la réglementation RT 2012, mais les performances énergétiques sont bien supérieures aux logements dits anciens.

Pas de commentaire