Suivez-nous :

L’immobilier contaminé par le coronavirus

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités
  • Commentaire 0
Avec plus de 1 000 personnes touchées, la France est le deuxième foyer d'infection du coronavirus en Europe. Depuis l'apparition des premiers cas en janvier, la propagation du virus commence a avoir des conséquences concrètes sur la vie quotidienne des Français, mais aussi sur l'économie du pays. De nombreux secteurs sont touchés par l'épidémie et l'immobilier en fait partie.
Accueil / Actualités / L’immobilier contaminé par le coronavirus

Baisse des taux d’emprunt

Pour l’heure, les taux de crédits immobiliers restent stables par rapport au mois de février. En moyenne, ils sont de 0,90 % sur 15 ans, 1,10 % sur 20 ans et de 1,35 % sur 25 ans. Cependant, l’épidémie de coronavirus devrait leur permettre de rester peu élevés, voir de repartir à la baisse.

En effet, conséquences indirectes du virus, les taux d’emprunt d’État français, comme ceux de plusieurs pays européens, sont repassés en négatifs. Ainsi, le 2 mars dernier, l’OAT 10 ans (Obligation Assimilable du Trésor) a chuté à – 0,31 %. Un niveau jamais atteint depuis 5 mois. L’OAT servant de référence au calcul des taux des crédits immobiliers, il y a de fortes chances pour que les taux d’emprunt des particuliers restent bas.

L’immobilier, toujours une valeur refuge

S’il est trop tôt pour mesurer l’impact du Covid-19 sur l’économie mondiale, on peut toutefois constater qu’un vent de panique souffle sur les différentes places boursières. Lundi 9 mars, à l’ouverture, le CAC 40 perdait près de 6 %. À Francfort, le DAX plongeait de 7,4 %, la Bourse de Madrid cédait près de 7 %, celle de Londres plus de 8 %, et celle d’Oslo, 12 %. Quant à la Bourse de Milan, elle chutait de 8 %.

L’épidémie de coronavirus aura un impact sévère sur l’économie française, qui se chiffrera en plusieurs dixièmes de points de PIB durant l’année 2020. Un certain nombre de secteurs sont d’ores et déjà très durement touchés. (Bruno Le Maire, ministre des Finances)

covid-19-impact-immobilier-bourse-economie

Dans ce contexte d’instabilité boursière et sanitaire, l’immobilier apparaît comme une valeur refuge et devrait continuer d’attirer des investisseurs. Malgré les recommandations du HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière) de limiter les durées de prêt à 25 ans et d’emprunter avec un taux d’endettement inférieur à 33 %, les demandes de crédits devraient rester soutenues.

Qu’en est-il du secteur de la construction ?

Le coronavirus n’épargne pas non plus le secteur du bâtiment et de la construction.

Tout d’abord, de nombreuses entreprises voient leurs équipes affaiblies à cause des malades et du confinement dû aux personnes à risques. Ensuite, les métiers du bâtiment dépendent aussi beaucoup des collectivités territoriales pour les démarches administratives. Concentrées sur la lutte contre le virus, l’instruction et la délivrance des permis de construire risque d’en subir les conséquences.

Enfin, le secteur de la construction peut aussi rencontrer des difficultés liées à l’approvisionnement des matériaux et matières premières, entraînant un retard sur les chantiers.

Pas de commentaire