La croissance reprend et les taux de crédit immobilier baissent

Bilan de fin d'année sur l'économie française : l'immobilier et la croissance connaissent de beaux jours. L'année 2018 et les réformes du gouvernement commenceront dans une bonne conjoncture.

Bientôt une revitalisation des centre-villes

Une fin d’année positive pour l’immobilier

Depuis 2014, le taux de croissance de l’économie française atteignait les 1 %. Cette année, selon le dernier point de conjoncture de l’INSEE, ce taux atteint les 1,8 %. Un point positif pour la France, dont l’économie démarre à nouveau. Ce taux est expliqué par la demande intérieure de la part des ménages et entreprises. De plus en plus achètent français ou profitent des avantages fiscaux tels que les dispositifs Pinel, PTZ ou Censi-Bouvard pour ne citer qu’eux, qui permettent d’investir en construisant ou rénovant des biens immobiliers.

Cette croissance est bénéfique pour le secteur immobilier, où la demande a augmenté également. Les taux de crédit immobilier avaient augmenté légèrement en fin 2016 et début 2017 avant de diminuer très récemment. Selon Meilleurtaux, le taux moyen se négocie actuellement à 1,53 % pour 15 ans, 1,74 % pour 20 ans et 1,95 % pour 25 ans, soit moins de 2 % dans tous les cas. Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux constate :

Près de 9 banques sur 10 proposent des taux inférieurs à 2,10% sur 20 ans et 7 sur 10 sous la barre des 1,90%. Et un tiers des banques offrent des taux inférieurs à 1,70% alors qu’elles étaient seulement 10% cet été. Pour mémoire, début 2016, aucune banque ne proposait de taux inférieurs à 2,10%.

Relancer l’économie et la dynamique des villes

Pour les dirigeants français, l’intérêt actuel vu la conjoncture est de relancer l’économie. Grâce aux réformes de la loi logement et de finance, ils espèrent augmenter le pouvoir d’achat des français et le déplacer vers des produits intérieurs. On le voit avec l’IFI, qui ne taxera plus que les valeurs immobilières, et qui laissera aux fortunés l’avantage d’acheter des actions d’entreprises ou de faire des dons.

De plus, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, cherche à revitaliser les centres-villes. Il devrait présenter d’ici la fin de l’année une stratégie dédiée aux petites villes et centre-bourgs. Depuis quelques années, la désertification des boutiques de centre-villes pour aller à l’extérieur ou les acheteurs vers les centres-commerciaux, plus simples d’accès, est un véritable fléau pour les villes. La fréquentation baisse et les loyers augmentent pour les boutiques.
Emmanuel Macron, Président français, a estimé que « les centre-bourgs se sont désertifiés également parce qu’on paie plus de taxe d’habitation que dans les centres métropolitains ».

Partagez l'article :

Votre simulation pinel personnalisée

Avec un investissement Pinel, vous pouvez bénéficier d’une réduction fiscale allant jusqu’à 63 000 € !
Et vous, quel sera le montant de votre économie d’impôt ?

Etude gratuite et sans engagements