Suivez-nous :

Crédit immobilier : un tout nouveau prêt à taux zéro pour les logements classés A, B ou C

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités, Conseils
  • Commentaire 0
Dans la lutte contre les passoires énergétiques, les actions menées par le Gouvernement commencent à être suivies de près par les établissements bancaires. Le Crédit Agricole Île-de-France est en tête de peloton en lançant son crédit immobilier à 0 %, consacré aux investissements immobiliers non-énergivores, dans la la limite de 10 % du montant emprunté.
Accueil / Actualités / Crédit immobilier : un tout nouveau prêt à taux zéro pour les logements classés A, B ou C

Quelle banque propose ce prêt à taux zéro ?

Lancé en avril 2022, ce nouveau prêt immobilier a bien failli passer inaperçu, et pourtant, il s’inscrit parfaitement dans les problématiques environnementales et sociétales de ces derniers mois. En réponse aux expectatives pointant du doigt les énormes défaillances énergétiques dans le paysage logement, le Crédit Agricole Île-de-France frappe fort en sortant son « Prêt immobilier durable« . Son objectif : inciter les acheteurs à privilégier l’acquisition de maisons ou d’appartements neufs et à faible consommation d’énergie. En favorisant l’investissement immobilier dans les logements à faible émission de carbone, le Crédit Agricole Île-de-France se démarque clairement de ses confrères, et compte inscrire son nom dans les mesures impactantes en faveur du climat.

À ce jour, 524 emprunteurs ont bénéficié des avantages de ce crédit à 0 %. Le Crédit Agricole Île-de-France a volontairement choisi d’effectuer sa communication en interne, ainsi que sur les réseaux sociaux du réseau, ne permettant pas, jusqu’à présent, de toucher un large public. Toutefois, ce prêt unique en France, accessible à tous les clients souhaitant investir en Île-de-France dans un logement durable, mérite une diffusion plus large auprès des futurs acquéreurs. Mais cette « green » initiative est aussi le moyen de déployer une stratégie sécuritaire pour cet établissement bancaire, bénéfique sur le long terme. En favorisant la signature de prêts pour des logements durables, le Crédit Agricole Île-de-France offre plus de chances à ses clients de se constituer un patrimoine à forte rentabilité. Une stratégie pouvant servir les intérêts de la banque également, puisque celle-ci compte bien profiter du cercle vertueux amorcé en soutenant ces nouveaux clients. Le capital obtenu par les nouveaux propriétaires, après les premières ventes immobilières ayant réalisé de belles plus-values, pouvant être réinvesti dans de nouveaux projets financés par le Crédit Agricole Île-de-France. 

Comment l’obtenir ?

Les futurs acquéreurs pouvant prétendre au prêt à taux zéro du Crédit Agricole, devront remplir quelques conditions pour y accéder. Seuls les acheteurs de logements au DPE (diagnostic énergétique) classé A, B ou C pourront en bénéficier. Pour pouvoir valider le Prêt immobilier durable du Crédit Agricole réservé aux logements durables, il faudra donc montrer patte blanche.  Obligatoire dans une vente immobilière, le DPE annexé au compromis de vente devra impérativement être inférieur ou égal à la classe C. En revanche, il n’y a aucune contrainte de typologie du bien, aussi bien pour les appartements, que pour les maisons, ou les constructions.  Le montant délivré pour ce prêt à taux 0 est, quant à lui, plafonné à 10 % de l’emprunt total et ne peut dépasser les 50 000 €

Tout en saluant la démarche, le nombre de personnes concernées par ce financement immobilier gratuit, reste cependant minime. En effet, d’après une étude notariale relevée, à juste titre, par le magazine les Échos, on dénombrerait seulement 26 % d’achats immobiliers étiquetés A, B ou C dans l’ancien en 2020. Une réalité non contestée par le porte-parole du Crédit Agricole d’Île-de-France, qualifiant cette stratégie de « marginale », compte tenu notamment, de la minorité d’achats en programmes neufs immobiliers en Île-de-France, où l’ancien domine largement le paysage. 

Vers une mutation de l’écosystème immobilier ?

Le sujet est sur toutes les chaînes d’info et dans tous les médias depuis plusieurs mois maintenant. La France fait la chasse aux passoires thermiques, et les moyens mis en place par l’Etat démontrent sa ferveur pour y parvenir dans les prochaines années. Depuis fin août, ce sont les logements locatifs classés F ou G qui ouvrent le bal. Pour ces biens, les bailleurs n’ont plus l’autorisation de s’aligner sur l’augmentation des loyers sans avoir réalisé des travaux pour faire baisser leur consommation d’énergie. Une décision gouvernementale qui fait mal, mais qui n’est que le début d’une cascade de restrictions, puisqu’en 2023 les premières interdictions de louer seront appliquées à toutes les passoires énergétiques. Outre les mesures mises en place par le Gouvernement, c’est la première fois qu’une banque se positionne en faveur de l’achat de logements à faible impact énergétique. Mais d’autres confrères réagissent et se positionnent, comme c’est le cas notamment de la Banque Postale, qui souhaite mettre en place des actions au service de la transition énergétique. Déjà en 2021, la Banque Postale avait impulsé le projet, par le biais de son crédit à la consommation au service de travaux de rénovation et de son crédit auto dédié à l’achat de véhicules responsables. Des initiatives qui devraient faire émerger des tendances en faveur du développement durable du côté des acteurs financiers dans les prochaines années.

En savoir plus sur le PTZ

Pas de commentaire