Suivez-nous :

Attention, un diagnostic devient obligatoire quels que soient les travaux

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités
  • Commentaire 0
Risquée pour la santé, l’amiante peut se glisser entre les murs d’une habitation. Depuis le 19 juillet, un repérage avant travaux (RAAT) est obligatoire. Même s’il ne s’agit que de remplacer une plomberie. Les sanctions peuvent aller jusqu’à 18 000 € d’amende.
Accueil / Actualités / Attention, un diagnostic devient obligatoire quels que soient les travaux

Obligation pour les immeubles construits avant 1997

Le repérage d’amiante avant travaux, quels qu’ils soient, même minimes, est désormais obligatoire pour les immeubles construits avant 1997, date de son interdiction. L’amiante, substance cancérogène, était très utilisée des années 1950 à 1997 dans le secteur du bâtiment. Les constructions, comme les équipements, en contiennent souvent (carrelages, enduits intérieurs, joints…).

Le donneur d’ordre, le maître d’ouvrage ou le propriétaire d’immeuble bâti doit faire rechercher la présence d’amiante préalablement à toute opération comportant des risques d’exposition des travailleurs à l’amiante. En cas d’analyse positive sur la présence d’amiante, une société spécialisée devra intervenir et désamianter les lieux.

Combien ça coûte ?

cout-raat-amende

Asseyez-vous et prenez le temps de recalculer votre budget, ce nouveau diagnostic obligatoire redistribue les cartes. En effet, le coût du RAAT peut représenter 200 à 2 000 € selon l’étendue de la surface de la zone à inspecter avant l’intervention d’un professionnel de chantier. Il est vrai que ce tarif, assez élevé lorsque les travaux doivent être effectués dans le cadre d’une réhabilitation complète de l’habitation, peut parfois être dissuasif. Le Gouvernement a anticipé les propriétaires les plus récalcitrants et annonce des sanctions conséquentes en cas de contournement de la loi. Au total ce sont 18 000 € qui peuvent être imposés si le diagnostic n’a pas été réalisé, 9 000 € d’amende administrative, complétés par 9 000 € d’amende pénale. D’autant plus que les artisans mandatés pour les travaux sont en droit de demander d’eux-mêmes à ce qu’un RAAT soit effectué avant leur arrivée.

Amiante, les risques d’une substance cancérogène

La présence d’amiante dans son bâtiment n’est pas sans conséquence. En effet, cette substance découverte comme cancérogène et interdite depuis 1997 peut avoir de lourdes répercussions sur la santé. Et ce, autant pour les artisans en charge du chantier, que pour les habitants post-travaux. Des poussières contenant des fibres d’amiante peuvent rester dans l’air et se déposer partout. Un risque dissuasif quand on sait qu’elle serait la deuxième cause de maladie professionnelle.
L’amiante entre dans le corps par les voies respiratoires et traverse toutes les barrières du système immunitaire pour atteindre les alvéoles des poumons. Ainsi, la personne exposée aux fibres d’amiante sera plus fragile face aux maladies comme l’amiantose, le cancer du poumon et le mésothéliome, cancer rare et très malin.

Pas de commentaire