Taux d’intérêts : la baisse ne profite pas à tout le monde

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités
  • Commentaire 0
Élément fondateur de l’embellie actuelle du marché immobilier, la baisse des taux d’intérêts n’a pas profité à toutes les couches de la population.
Accueil / Actualités / Taux d’intérêts : la baisse ne profite pas à tout le monde

Si l’immobilier se porte aussi bien depuis un peu plus d’an, c’est en (très) grande partie grâce à la spectaculaire baisse des taux d’intérêts. Alors que le taux à 20 ans était supérieur à 4% en janvier 2012, il n’est plus que de 1,6% en juin 2016. Une baisse marquée qui a permis aux investisseurs d’emprunter aisément.

Mais selon la Banque de France, cette baisse n’a pas profité à toutes les couches de la population, bien au contraire. Les baisses n’ont pas été les mêmes pour tous les taux, à 10, 20 ou 25 ans. De fait, la chute a été plus marquée pour les courtes durées que pour les longues. Et comme les ménages modestes et précaires empruntent – quand ils peuvent emprunter – généralement sur de très courtes périodes, la hausse de pouvoir d’achat n’a pas été la même pour tous.

Quelque chose de pourri au royaume de l’immobilier…?

Malgré sa bonne santé, l’immobilier fait face à un terrible paradoxe. La France manque de logements, c’est un fait établi depuis longtemps. Il est donc impératif d’en construire en nombre. Problème, l’État n’a pas les moyens pour suivre la demande – et combler les manques existants. C’est donc aux investisseurs privés de prendre le relais.

Cependant, et la paradoxe débute ici, les populations précaires, majoritaires, n’ont pas les moyens d’accéder à la propriété puisqu’elles ne peuvent emprunter, ou alors des montants dérisoires. L’immobilier vit donc en vase clôt, des investisseurs aisés construisant des logements pour les ménages aisés. Mais la majorité de la population en est écartée.

Pas de commentaire