Comment fixer le loyer de son logement neuf ?

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités, Actualités immobilières
  • Commentaire 0
Vous venez d'investir dans un logement dans le but de faire du locatif et vous devez désormais fixer le montant de votre loyer. Il est important de ne pas faire d'erreur, le montant du loyer impactant fortement le potentiel locatif. Certes, le loyer d'une location, qu'elle soit meublée ou non-meublée, peut être fixé librement par le propriétaire, cependant dans certains cas, des contraintes limitent cette marge de manœuvre. Point sur une liberté plutôt modérée...
Accueil / Actualités / Comment fixer le loyer de son logement neuf ?

A la recherche du loyer « juste »

Vous l’aurez compris le loyer que vous allez proposer ; bien qu’il ne soit pas évident à définir ; est déterminant afin d’éviter au maximum la carence locative et de rentabiliser au maximum votre investissement locatif.
Si chaque propriétaire-bailleur est libre de pratiquer le loyer qu’il souhaite, il doit cependant se baser sur les montants pratiqués dans le secteur géographique et pour le même type de bien. Les critères les plus importants à prendre en compte pour référence sont : la superficie, la situation géographique ; l’état général du logement, la présence de services annexes (ascenseur, gardien, piscine).
Pour vous aider à vous faire une idée, vous pouvez par exemple consulter les annonces correspondantes à des biens équivalents sur le marché. Vous pouvez également faire appel à des organismes présents au sein de chaque département ou vous rapprocher de l’ADIL qui sera à même de vous fournir toutes les informations ou coordonnées intéressantes.

Dans le cadre d’un renouvellement de bail, le propriétaire ne pourra pas augmenter son loyer comme bon lui semble : la majoration est contrôlée par les prix du marché de sa commune.

Louer via le dispositif Pinel : des loyers encadrés

Si vous décidez de mettre votre bien en location via un dispositif particulier, comme par exemple en Pinel, pour bénéficier de réductions d’impôts, vous devrez alors obligatoirement vous référer aux plafonds en vigueur.
En effet, chaque année, les plafonds sont réactualisés, fixés par décret, afin qu’il n’y ait pas trop d’abus dans certaines communes.
Pour les baux conclus en 2018 les plafonds de loyer à respecter ont été actualisés comme suit :

Zones €/m²
Zone A bis 16.96 €
Zone A 12.59 €
Zone B1 10,15 €
Zone B2 et C 8,82 €

Il vous suffira donc d’appliquer un coefficient multiplicateur afin de fixer le loyer que vous appliquerez : pour les biens de moins de 38 m², le coefficient multiplicateur est de 1,2 et pour les logements de plus de 38 m², il est de 0.7 + 19 / surface habitable.

M. J a investi dans une maison de 60 m² située en zone B1, le loyer ne pourra pas dépasser le plafond de 445,8 € (10.15 x (0,7 + 19/60) = 7,43 soit 7,43 x 60 = 445,8).

Encadrement des loyers dans les zones tendues

proprietaire-fixer-loyer-Dans le cas où le bien se situe en zone tendue, c’est-à-dire une zone au sein de laquelle la demande de location immobilière est beaucoup plus grande que l’offre et ce dans des aires qui comprennent plus de 50 000 habitants, le loyer sera donc modéré. 28 agglomérations sont concernées par ce décret. Vous pouvez retrouver la liste sur le site du gouvernement.
La loi Alur de 2014 prévoit également que les loyers restent inchangés en cas de relocation à trois exceptions prés. En effet, le propriétaire-bailleur a la possibilité de fixer un nouveau loyer dans les trois cas suivants :

  • le logement ne constitue pas la résidence principale du locataire
  • le bailleur a réalisé des travaux dans le logement
  • le loyer était sous-évalué et peut donc être revu à la hausse

Les logements loués en tant que résidence secondaire ne sont pas concernés par cette mesure, tout comme les baux spéciaux (étudiants par exemple).

Pas de commentaire