Quand le diagnostic de performance énergétique influe sur le prix des logements

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités immobilières
  • Commentaire 0
Selon une étude des Notaires de France, le diagnostic performance énergétique peut avoir un impact sur le prix de vente d'un bien immobilier. En effet, les logements affichant une étiquette énergie A-B peuvent être vendus 6 à 22 % plus cher que ceux possédant une étiquette D.
Accueil / Actualités / Actualités immobilières / Quand le diagnostic de performance énergétique influe sur le prix des logements

Le DPE : une garantie avant d’acheter

Le diagnostic de performance énergétique, DPE, vise à renseigner un acheteur sur la performance énergétique d’un logement. Pour ce faire la consommation d’énergie et l’impact en terme d’émissions de gaz à effet de serre sont mesurés en tenant compte de la surface, orientation, murs, fenêtres, matériaux, ainsi que des équipements de chauffage, de production d’eau chaude sanitaire, de refroidissement et de ventilation.

Le résultat de ce diagnostic de performance énergétique est représenté par deux étiquettes :

  • L’étiquette énergie qui donne la consommation d’énergie primaire du bien
  • L’étiquette climat afin de connaître la quantité de gaz à effet de serre émise par le bien

Chacune de ces étiquettes se compose de 7 niveaux allant de A à G, A correspondant à la meilleure performance, G à la plus mauvaise.
Mais outre le fait d’être un gage de bonnes performances énergétique du logement, le DPE peut avoir un effet sur la revente de ce bien.

De belles plus-values pour les bons élèves

DPE-impact-venteEffectivement, selon étude réalisée par les Notaires de France, plus un bien à un bon DPE plus son prix peut grimper. En fonction des régions, les maisons affichant une étiquette énergie A-B se sont vendues, en 2017, 6 % à 14 % plus cher que les maisons ayant une étiquette D.
En ce qui concerne les appartements, les biens profitant d’une étiquette énergie A-B ont vu leur prix de vente 6 % à 22 % plus élevé que les appartements d’étiquette D.

17 %
Selon les régions, un diagnostic de performance énergétique F ou G verra à l’inverse le prix de vente baisser jusqu’à 17 %.

L’influence de la date de construction

La date à laquelle un bien a été construit influe aussi sur le résultat de son DPE. Plus un bien est ancien, plus il risque de présenter une étiquette énergivore. Concernant les maisons ou immeubles d’étiquette F-G et construits entre 1850 et 1913 voient leur prix de vente chuter de 18 % par rapport à un bien de classe D. Si l’on s’intéresse aux maisons ou immeubles construits entre 1981 et 1991 on observe une décote de 11 %.

Il en est de même pour la plus-value engendrée. Plus un bien est récent plus son prix de vente va être élevé par rapport à une maison affichant une étiquette énergie D, F ou G.

Un phénomène qui s’explique avec l’apparition des premières réglementations thermiques en 1974. Ces dernières, instaurant l’isolation des logements, ont commencé à faire diminuer leur consommation énergétique. Les maisons ou immeubles construits après 1974 présentent donc de meilleurs diagnostics de performance énergétiques.

Pas de commentaire