Visale évolue en 2018, et si vous étiez éligible ?

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités, Actualités immobilières
  • Commentaire 0
Accueil / Actualités / Visale évolue en 2018, et si vous étiez éligible ?

Le VISALE, acronyme de visa pour le logement et l’emploi a été créé, en février 2016, pour remplacer la garantie des risques locatifs et la garantie universelle des loyers. C’est un dispositif de caution solidaire, géré par Action Logement, qui s’adresse à un public ciblé. Le Gouvernement va renforcer ce dispositif qui n’a pas séduit suffisamment depuis son lancement, point sur les évolutions en 2018…

Une couverture beaucoup plus étendue

Deux ans après la mise en place de de cette assurance, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, dévoile les nouveautés du dispositif dans l’optique d’atteindre près de 80 000 contrats par an.
Parmi les nouveautés les plus pertinentes : l’amélioration de la couverture globale. Jusqu’alors la garantie ne courrait que durant les trois premières années de la location, aujourd’hui, l’assurance couvre les risques d’impayés sur toute la durée du bail, dans la limite de 36 mensualités impayées (loyer + charges) dans le parc privé et 9 mensualités dans le cadre d’un logement social.
Concernant les loyers, les limites permettant de pouvoir bénéficier du dispositif sont étendues : pour les étudiants qui ne bénéficient pas de justificatifs de ressources elle passe à 800 € en Île-de-France et 600 € pour le reste du pays; dans tous les autres cas, elle est à 1500 € en Île-de-France et 1300 € pour le reste du pays.

Une nouvelle version qui s’adresse à un public plus large

garantie-visale-evolueDeuxième grand changement opéré dans le cadre de l’amélioration du dispositif : la cible des potentiels locataires éligibles plus étendue.
En effet, désormais, les personnes de moins de trente ans (salariés, non salariés, demandeurs d’emploi), y compris les étudiants (et alternants) ont accès à ce service, qu’il soient rattachés au foyer fiscal de leur parents ou non, et ce, quelle que soit la nature de leur logement et leur situation (même les étudiants boursiers). Dans ce nouveau cadre, tous les loyers seront pris en compte, que les locations se fassent par le biais d’agence (au sein de résidences étudiantes par exemple), via un particulier ou même dans le cadre de location de logements sociaux.
Concernant les trente ans et plus, le Visale était d’ores et déjà accessible par les salariés titulaires de contrats de travail précaires (intérim, CDD, période d’essai de CDI). A ce jour, elle prend également en charge les locataires potentiels victimes d’accident de la vie de type divorce ou décès du conjoint, les personnes en mutation professionnelle ainsi que les salariés détachés par leur entreprise (secteur prive ou agricole).

Pour accéder à Visale, les démarches doivent être réalisées en ligne directement sur le site www.visale.fr.

Pour les propriétaires, la garantie d’une assurance solide

Désormais, nul besoin de demander à un proche de se porter garant. Grâce au cautionnement d’Action Logement, le locataire pourra bénéficier gratuitement de l’assurance, ce qui permet de renforcer le dossier du candidat locataire et pour les propriétaires/bailleurs de sécuriser les revenus locatifs pendant l’intégralité du contrat de location.

Pour le bailleur, la caution Visale ne peut en aucun cas se cumuler avec une autre garantie de même nature sur la période couverte de type assurance loyers impayés, caution familiale ou bancaire, garantie LOCA-PASS…
Cependant, le locataire peut bénéficier de l’avance LOCA-PASS afin de financer le dépôt de garantie exigé.

La plus grande crainte des bailleurs étant le défaut de loyers ou le manquement de paiement des charges de la part des locataires, Visale permet de palier ce risque, véritable moyen de rassurer les propriétaires. Julien de Normandie l’a souligné lors d’une interview : « Il n’y a pas plus sûr que la garantie Visale pour un propriétaire, puisqu’elle est financée par des fonds publics et un opérateur national Action Logement. »
Seule interrogation, les propriétaires/bailleurs vont-ils jouer le jeu ? La réponse dans les mois à venir…

Pas de commentaire