Investir dans une vache, ça peut rapporter

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités
  • Commentaires 2
Accueil / Actualités / Investir dans une vache, ça peut rapporter

L’immobilier est en plein boom ces derniers mois ; prix des logements en baisse, taux d’intérêt historiquement bas et dispositif Pinel efficace. Mais il n’y a pas que la pierre dans la vie. Il y a aussi… les vaches.

La diversité des placements à de quoi surprendre. La pierre, les forêts, la montagne… Et maintenant, les vaches. En effet, il est possible d’investir une partie de ses économies dans un bail à cheptel, géré par l’Association française investissement cheptel (AFIC). L’association joue le rôle d’intermédiaire entre les investisseurs et les éleveurs.

Le concept est assez simple : l’investisseur achète des vaches – 1 530 euros par tête aujourd’hui – en versant la somme à l’AFIC. Celle-ci loue ensuite le cheptel à un exploitant. Cette organisation est bénéfique pour tout le monde : l’investisseur bénéficie d’un rendement aux alentours de 4% par an, tandis que l’éleveur n’a pas à s’endetter pour acheter son troupeau.

Investissement à long terme

L’éleveur doit ensuite s’occuper de l’entretien, de la nourriture et de toutes les autres charges. En contrepartie, il conserve la production de lait, tous les veaux mâles et la moitié des génisses nés du troupeau. L’autre partie sert à rémunérer l’Association et l’investisseur. En effet, le rendement n’est pas comptabilisé en euros mais en tête de bétail ! Chaque année, l’investisseur choisit d’intégrer les génisses au troupeau ou de les vendre pour récupérer ses gains.

On le remarque, le bail à cheptel propose une organisation très particulière. Aujourd’hui, en France, près de 800 éleveurs profitent de ce système, pour 30 000 vaches laitières et un bon milliers d’investisseurs. D’ailleurs, le bail à cheptel est clairement un investissement à long terme, minimum 5 ans pour être réellement rentable.

Commentaires (2)

  • delou

    y-a-t-il obligation de passer par l’AFIC?

    • Sébastien Pierre, conseiller en défiscalisation

      Bonjour Delou,

      A priori oui.
      Bien à vous,