Suivez-nous :

Mission parlementaire : faire baisser les prix du foncier

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités, Actualités immobilières
  • Commentaire 0
Face à la demande grandissante de logements et une accession à la propriété facilitée par des taux d'intérêt bas, le prix du foncier ne suit pas. En zone dense, il est en constante inflation. Pour remédier à ce problème, le gouvernement a ouvert une mission parlementaire pour mobiliser le foncier et calmer les prix.
Accueil / Actualités / Mission parlementaire : faire baisser les prix du foncier

Les prix du foncier en hausse constantemission parlementaire pour faire baisser le prix du foncier

Depuis une dizaine d’années, le prix du foncier ne cesse d’augmenter sur le territoire français. On estime que le prix du foncier a augmenté de près de 70 % en 10 ans. Dans le même temps, le prix de construction s’est élevé de 24 %. Cette situation n’est pas nouvelle, mais elle ne semble pas connaître de fin. Des terrains de plus en plus rares, des propriétaires-occupants qui ne vendent pas, une demande croissante sur le marché locatif, autant de voyants au rouge qui alarme. Les promoteurs et les professionnels de l’immobilier ont de plus en plus de difficultés pour trouver et acheter du foncier. Le marché de l’immobilier est au bord de l’explosion. Le problème a plusieurs causes. L’une d’entre elles est la taille du territoire. Pendant de nombreuses années, la question ne s’est pas posée, mais aujourd’hui, l’espace vient à manquer. En effet, le manque de terrains disponibles ralentit la construction. Résultat, l’insuffisance de nouvelles constructions dans le privé comme dans le public fait monter les prix. À titre d’exemple, en zone tendue, dans les métropoles, le coût du terrain pour un promoteur pèse pour 60 % de son bilan. La cherté des logements à l’achat se répercute sur le prix à la location. Conclusion, un marché de l’immobilier embourbé dans un problème de fond.

Une mission parlementaire pour trouver des solutions

Pour prendre le problème à bras-le-corps, le Premier ministre a confié au député centriste de Haute-Garonne, Jean-Luc Lagleize, la mission de proposer « toute mesure de nature opérationnelle, législative et réglementaire » permettant de contenir la part du foncier dans le coût de production du logement. Autrement dit, trouver des solutions fortes afin de débloquer le marché du foncier. La mission parlementaire s’articule autour de trois axes essentiels :

  • mobiliser le foncier
  • élargir l’offre foncière
  • baisser les prix

Le parlementaire désigné, aussi président de la commission « Aménagement et politique foncière de Toulouse Métropole », s’est déjà mis au travail. Dès le mois de juin, Jean-Luc Lagleize sera donc en tournée dans l’Hexagone pour rencontrer des professionnels de l’immobilier, des élus locaux et des experts. Avant de rendre son rapport, il procédera également, en juillet, à des voyages d’étude chez nos voisins du nord de l’Europe afin de s’inspirer de d’autres outils et modèles. Au Pays-Bas, en Suède ou au Royaume-Uni, le foncier est dissocié du bâti. Une piste, parmi d’autres, qui sera probablement explorée par la mission parlementaire. Cette dernière coïncide avec le rendu du rapport commandé par le gouvernement sur l’amélioration du marché de la location. L’objectif est commun : construire plus de logements à des prix plus faibles. Des missions cruciales pour l’avenir de l’immobilier en France qui n’ont pourtant pas fait de bruit et qui ont pour objectif de détendre le marché.

Pas de commentaire