Colocation : bailleurs ou colocataires, ne signez pas sans savoir!

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités immobilières
  • Commentaire 0
Que se soit bailleur ou locataire, la colocation séduit de plus en plus de monde. Pour les parents d'étudiants, elle est sécurisante, pour les propriétaires elle est plus rentable, mais peut s'avérer toutefois source de problèmes. C'est pourquoi il est important avant toute signature d'être bien informé sur la réglementation en vigueur et les erreurs à ne pas commettre...
Accueil / Actualités / Actualités immobilières / Colocation : bailleurs ou colocataires, ne signez pas sans savoir!

Tout savoir sur le contrat de location

pinel-regles-colocationPar définition, la colocation permet à plusieurs personnes (colocataires) d’habiter au sein d’un même logement et ainsi de mutualiser les frais à supporter.
Lorsque vous souhaitez vous lancer dans le système de la colocation, que vous soyez propriétaire/bailleur ou potentiel locataire, il faut savoir que deux types de contrats sont possibles :

  • un bail pour chacun : assez rare, le propriétaire fera signer un document par colocataire vivant dans le logement. Dans cette configuration, chaque colocataire qui a signé son propre bail est responsable de s’acquitter de sa quote-part à la fois pour le loyer et pour les charges. Pour rompre le contrat, rien de plus simple, il suffit d’envoyer le congé et de partir à la fin du préavis prévu. En tant que bailleur, vous devrez rendre le dépôt de garantie qui vous a été versé à la sortie du logement.
  • le bail unique : plus courant, il s’agit d’un seul et unique document qui sera signé conjointement par l’ensemble des locataires. D’un commun accord, le dépôt de garantie est versé par un des colocataires, charge pour lui de se faire rembourser par les autres membres de la colocation. En pratiquant ce type de contrat, le propriétaire couvre ses arrières, pour lui, ce système reste le plus simple et le plus fiable. Si le locataire souhaite donner son congé, il le peut, en effet, la clause de solidarité s’appliquera jusqu’à l’expiration de son préavis.

Comme toute location, il sera établi un état des lieux d’entrée à l’arrivée des colocataires et un état des lieux de sortie est plus que recommandé.

Que ce soit en colocation ou en location simple, l’assurance habitation est obligatoire. A minima, le logement doit être assuré contre les risques d’incendie, de dégâts des eaux ou d’explosion. En colocation, chaque participant peut s’assurer de façon individuelle ou collectivement.
Attention, un défaut d’assurance habitation est une clause de résiliation de bail.

De quelles aides peuvent bénéficier les colocataires ?

Les colocataires, au même titre qu’un locataire lambda peuvent tout à fait bénéficier d’aides au logement octroyées par la Caisse d’Allocations Familiales. Étant donné que seules les ressources sont admises comme condition d’attribution, chacun des membres de la colocation devra, en son nom propre, faire une demande auprès de la CAF ou de la MSA (Mutualité Sociale Agricole) selon son régime d’affiliation.

Bien vivre en collocation, tout un art

La vie en communauté n’est pas si simple qu’on pourrait le croire… C’est pourquoi bon nombre de personnes en colocation rédigent un « pacte de colocation » qui permet de déterminer les règles du jeu, que ce soit en matière de dépenses, de conditions de départ… Ce document bien pratique n’est pourtant pas obligatoire.
Pour simplifier également le quotidien, vous pouvez ouvrir un compte commun pour faciliter la gestion des dépenses.

Les colocations XXL ont le vent en poupe : des chambres louées dans des grandes maisons ou des grands appartements, sont prisées par les colocataires. Pour un prix attractif, ils peuvent bénéficier de tout le confort du logement avec aussi un espace à soi (chambre, dressing et salle de bain privative).

Pas de commentaire