Impôt sur la fortune immobilière : quels logements ?

La réforme d'impôt sur la fortune immobilière sera bientôt présentée au public, lors du projet de loi de finances pour 2018. L'IFI remplacera bientôt l'impôt de solidarité sur la fortune et on en sait chaque jour un peu plus sur son impact immobilier.

Tous les placements immobiliers dans le radar

Ce mercredi 27 septembre, exactement une semaine après l’annonce de la loi logement, nous connaîtrons la totalité de la réforme de l’impôt sur la fortune immobilière. Cependant, en attendant, nous ne disposons que d’informations qui donnent des idées sur son contenu.

Tout d’abord, l’IFI s’appliquera aux mêmes seuils et mêmes taux que l’ISF, mais changera les biens imposables. Il ne comprendra uniquement que les biens immobiliers générant des revenus supplémentaires aux propriétaires. La résidence principale sera elle aussi imposée, bien que, comme pour l’ISF, elle bénéficiera d’un abbatement de 30 %.

Cette loi du projet de finances n’imposera donc plus tous les autres placements financiers qui l’étaient jusqu’à présent : assurance-vie (qui aura sa propre taxe sous forme de flat tax de 30%), yachts, jets privés, chevaux de courses, art, etc. Cela ne risque-t-il pas à terme de déplacer les investisseurs de l’immobilier vers d’autres marchés de placements ?

l’IFI et les sociétés telles que les SCPI

Des rumeurs, presque confirmées par des professionnels du milieu, laissent entendre que l’IFI devrait taxer tous les placements immobiliers, y compris les véhicules d’investissement spécialisés. Cela comprendrait donc les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) et les organismes de placement collectif en immobilier (OPCI). Qu’en sera-t-il des sociétés foncières côtées en Bourse (Unibail-Rodamco, Icade, Klépierre…) ? Pour le moment cette variante est inconnue.

4 %
Les SCPI attirent de plus en plus de monde grâce à leurs taux de rendements élevés.

Étrange, en revanche, que les SCPI, qui effectuent des placements dans les locaux d’entreprise soient taxés. Le gouvernement avait en effet annoncé ne pas taxer les investissements destinés aux entreprises pour ne viser que les logements résidentiels. Cela peut être un intérêt de l’État pour ces sociétés qui ont un rendement bien supérieur aux placements « habituels » tels que l’assurance vie (4 % contre 1,8 %) et qui attirent de plus en plus d’investisseurs.

Partagez l'article : Facebook Linkedin Twitter Google Plus Mail

Votre simulation pinel personnalisée

Avec un investissement Pinel, vous pouvez bénéficier d’une réduction fiscale allant jusqu’à 63 000 € !
Et vous, quel sera le montant de votre économie d’impôt ?

Etude gratuite et sans engagements