Pénurie de maisons de retraites, notre analyse des zones tendues

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités
  • Commentaire 0
Face à la génération du baby boom vieillissante, le besoin en maison de retraite est assez pressant. Un site spécialisé dans le domaine a passé au peigne fin le territoire français et a constaté que la France manquait de places disponibles dans les Ehpad. Ces établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes ne sont pas assez nombreux pour répondre à la demande croissante.
Un constat qu'il convient toute fois de nuancer en fonction des zones analysées.
Accueil / Actualités / Pénurie de maisons de retraites, notre analyse des zones tendues

Les Ehpad en sous nombre

8 000 maisons de retraite médicalisées ont été étudiées, cela a permis de définir le coût moyen d’hébergement à 1 810 € par mois dans une Ehpad privée contre 1 708 € dans un établissement public. Une facture mensuelle élevée pour la plupart des retraités étant donné qu’elle est supérieure à la retraite moyenne (1 322 €) dont ils bénéficient. Aujourd’hui il y a en moyenne 10 lits pour 100 retraités de plus de 75 ans.
L’association UFC-Que Choisir proteste contre le délai d’attente moyen pour accéder à des établissements publics qui approche des 8 mois, précisant que pour les maisons de retraite privées, l’attente est moins longue mais les prix plus élevés.

1 708 €
Le prix moyen d’un lit dans un établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes public

D’après les études, il faudrait doubler le nombre de places disponibles à l’horizon 2040, si les pouvoirs publics souhaitent assurer la continuité de la prise en charge des retraités. Une mission qu’il sera compliquée d’assurer étant donné l’écart qui se creuse entre les générations.
Afin de dynamiser la construction d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes mais aussi de résidences étudiantes et de résidences de tourisme classées, l’Etat a mis en place la loi Censi-Bouvard en 2012. Ce dispositif de défiscalisation est destiné à inciter les investissements locatifs meublé dans les résidences de service. Il propose un cadre fiscal favorable et une gestion simplifiée des biens immobiliers acquis pour tout souscripteur.

Une situation spécifique aux départements

La situation française varie en fonction des départements et contrairement aux idées reçues, les destinations ensoleillées ne sont pas forcément les plus prisées. Faisons le point sur la situation.

Des départements tendus

D’après logement-seniors.com, le département présentant le plus grand écart entre la demande et l’offre de place en Ehpad est les Alpes Maritimes (06) avec une différence de 3,82 points de pourcentage entre la demande et l’offre. En deuxième position nous retrouvons la Meurthe-et-Moselle (54) aillant 1,02 % d’offre pour combler les 3,6 % de demande. La Manche en troisième place comptabilise quant à elle, une offre à 0,99 % pour une demande évaluée à 3,23 %.
Parmi ce classement des 10 départements les plus tendus on retrouve également : la Mayenne (53), le Loir-et-Cher (41), la Loire (42), la Sarthe (72), La Charente (16), La Meuse (55) et l’Allier (03).

Des départements moins tendus

Toujours d’après les données communiquées par logement-seniors.com, le département aillant la plus grande offre comparé à la demande de lits en Ehpad est le Nord (59). L’écart entre l’offre (3,02 %) et la demande (0,91 %) est de 2,11 points de pourcentage démontrant ainsi le peu de « dynamisme » de ce département. En deuxième position figure le Maine et Loire (49) avec une offre de places à 1,78 % pour une demande qui est fixée à 0,34 %. Le Rhône (69) est quant à lui troisième avec une offre affichée à 2,23 % pour une demande de 0,87 %.
Dans palmarès des 10 départements les moins tendus au niveau des places disponibles en Ehpad, on compte aussi : le Bas Rhin (67), la Vendée (85), Le Puy de Dôme (63), La Moselle (57), Le Morbihan (56), Pas de Calais (62) et les Pyrénées Atlantiques (64).

Pas de commentaire