Encadrement des loyers : que proposent les candidats?

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités
  • Commentaire 0
Mesure emblématique du mandat de François Hollande, l'encadrement des loyers risque fort d'en pendre pour son grade avec le changement de chef d'Etat à venir... Comme sur la plupart des points de leurs programmes, Emmanuel Macron et Marine Le Pen s'opposent aussi sur ce sujet. Cependant des zones d'ombre demeurent.
Accueil / Actualités / Encadrement des loyers : que proposent les candidats?

L’encadrement des loyers, qui concerne certaines villes (Paris et Lille) où les prix des logements sont très élevés, consiste à limiter la hausse du loyer lors de la remise en location ou lors du renouvellement du bail. Quel avenir pour cette réglementation mise en place par François Hollande? Emmanuel Macron et Marine Le Pen divergent.

Des candidats aux antipodes…

Le candidat du mouvement En marche, a expliqué vouloir « débrancher progressivement » l’encadrement des loyers. En tout cas il s’oppose à une suppression pure et simple de la mesure, comme l’avaient proposé certains candidats à la présidentielle. Néanmoins il reconnait que l’encadrement des loyers a fait fuir bon nombre d’investisseurs voire engendré une baisse des efforts de rénovation et souhaite le remplacer par un « bail mobilité » dans les zones ou les tarifs des logements à la location sont trop élevés. L’idée? Faciliter l’accès des personnes précaires à la location dans le parc privé grâce à un bail signé pour moins d’un an qui inclurait des droits plus restreints pour le locataire. En attendant, il entend poursuivre la mesure dans les villes qui la pratiquent. Le flou persiste par contre quant à Grenoble et aux communes d’Île-de-France qui sont censées rejoindre le dispositif. D’ici aux résultats des élections c’est un peu le statu quo général. A savoir que la Fnaim38 a décidé de ne plus alimenter l’observatoire des loyers en attendant le verdict. La candidate du Front National quant à elle, rejette l’idée d’encadrement des loyers sur le long terme et propose de le substituer à « une protection logement jeune » qui faciliterait l’accès au logement des jeunes, étudiants ou salariés. Marine Le Pen craint que le dispositif mis en place par François Hollande ne favorise la fuite des propriétaires vers des solutions type Airbnb et prévoit via ce dispositif un grand plan de construction de logements et la revalorisation, comme annoncé, des APL à hauteur de 25% pour les moins de 27 ans.

…mais aucune promesse claire

En outre, Emmanuel Macron a évoqué un système de points qui s’appuie sur plusieurs critères (ressources, lieu, taille du foyer etc.) afin de rendre l’attribution des logements sociaux plus transparente. Ces axes concernant le logement s’articulent autour de la volonté d’en créer 80 000 nouveaux à destination des jeunes. De son côté, en toile de fond, la candidate du front national insiste sur la priorité à donner, aux français, dans l’obtention d’un logement social. Entre la volonté d’un côté de « freiner progressivement l’encadrement des loyers » et le souhait de l’autre de ne pas « le poursuivre sur le long terme », le dispositif semble plutôt en mauvaise posture, bien qu’aucune proposition complète ne soit formulée. Rendez-vous dimanche 7 mai pour les résultats du second tour.

Pas de commentaire