Economies de rigueur : Emmanuel Macron pourra-t-il tenir ses promesses?

La Cour des comptes vient de remettre son audit des finances publiques au gouvernement. Le constat principal est sans appel : sans mesures "fortes", le déficit public ira au delà des 3% du PIB cette année et ne diminuera pas l'année suivante.

investissement_immobilier_ptz_premier_achat

La nouvelle majorité gouvernementale s’y attendait mais les conclusions de la cour des Comptes ont tout de même jeté un froid, car les mesures à mettre en place risquent de mettre à mal les promesses d’Emmanuel Macron.

Un dérapage de 8 millions d’euros

Cet audit des finances publiques, commandé dès son arrivée à Matignon par Édouard Philippe et publié ce jeudi 29 juin, doit permettre au nouveau gouvernement de disposer d’une publication « transparente », sur laquelle il pourra s’appuyer pour justifier des mesures d’économies. Plusieurs « mesures fortes de redressement » sont conseillées à compter de cet été afin d’éviter que le déficit de dépasse les 3% du PIB en 2017. La cour des comptes a évalué un « dérapage » de 8 milliards d’euros pour le gouvernement précédent qui s’était pourtant engagé à ramener le déficit de 3,4% à 2,8%… Globalement ce document risque d’être un soutien de poids pour engager des économies « nécessaires » mais probablement impopulaires. Il pourrait également lui être utile pour ne pas appliquer certaines de ses promesses, l’appelant à « un effort d’économie sans précédent » et à « prendre des mesures de gestions rigoureuses ». Edouard Philippe avait dejà fait ces jours derniers quelques tentatives pour médiatiser l’informations… Une première étape de préparation mentale des français?

Des leviers d’actions qui pourraient impacter le logement

Parmi diverses pistes d’économies proposées, pour réduire le déficit, et afin de rendre « plus efficaces les politiques publiques », certains axes concernent le logement. Ainsi, pour réduire le coût des aides publiques au logement (estimé à 34,6 milliards d’euros en 2015), la Cour des Comptes conseille une « plus grande sélectivité de l’accès aux logements sociaux », mais aussi une meilleure prise en compte, pour le calcul des Aides personnelles au logement, du montant restant à charge au locataire pour régler son loyer. Enfin, il semble nécessaire de repenser certaines aides fiscales, comme la TVA à taux réduit sur les travaux, à l’efficacité « incertaine » et source « d’importants effets d’aubaine ». Quelles décisions prendra le gouvernement?

Partagez l'article : Facebook Linkedin Twitter Google Plus Mail

Votre simulation pinel personnalisée

Avec un investissement Pinel, vous pouvez bénéficier d’une réduction fiscale allant jusqu’à 63 000 € !
Et vous, quel sera le montant de votre économie d’impôt ?

Etude gratuite et sans engagements