2018 : l’année pour réaliser des travaux !

Avec l'instauration du prélèvement à la source, nombreux sont les propriétaires qui se sont demandés s'il était avantageux de réaliser des travaux en 2018. En effet, avec l'annulation de l'impôt dû sur les revenus courants, les bailleurs n'ont, à première vue, aucun intérêt à effectuer des travaux cette année. Cependant, pour éviter qu'ils ne reportent tous leurs travaux en 2019, le gouvernement a mis en place certaines règles de déductions spécifiques.

deficit-foncier-travaux-declaration-impots-2018

Des travaux déductibles en 2018 et en 2019

C’est une très bonne surprise pour les personnes qui louent un bien immobilier : si elles réalisent des travaux dans ce logement, elles pourront les déduire une première fois entièrement en 2018, puis une deuxième fois à hauteur de 50 % en 2019.
Une mesure incitative qui vise à éviter que les propriétaires reportent leurs travaux importants en 2019.

Cette année, monsieur Morin réalise 180 000 € de travaux dans l’appartement qu’il loue. Il pourra déduire 180 000 € en 2018 puis 90 000 € en 2019, soit 270 000 € alors qu’il n’en aura dépensé que 180 000 €.

 
2018 est donc l’année du déficit foncier. Ce dernier constitue la différence entre les charges de propriété et les loyers perçus. Il permet à un propriétaire dont le montant des charges liées à son bien (travaux, entretien, copropriété, intérêts d’emprunt, taxe foncière…) est plus élevé que le montant des loyers qu’il perçoit, de déduire cette différence de son revenu global, dans la limite de 10 700 €.

La mesure mise en place par le gouvernement pour inciter les propriétaires à réaliser des travaux, va également leur permettre d’augmenter leur déficit reportable et d’optimiser leurs économies d’impôts. Si l’on reprend l’exemple de monsieur Morin :

2018 2019
Revenus fonciers perçus 30 000 € 30 000 €
Travaux réalisés 180 000 € /
Travaux imputables / 90 000 €
Revenus fonciers – 150 000 € – 60 000 €
Imputation sur le revenu global 10 700 € 10 700 €
Déficit foncier 139 300 € 188 600 €

S’il n’a aucun travaux à effectuer en 2020, monsieur Morin pourra imputer les revenus fonciers qu’il aura perçus cette année là à son déficit foncier et ainsi ne rien déclarer, et cela jusqu’à épuisement de son déficit foncier.

Qui peut profiter de cette mesure ?

2018-regles-deduction-travaux
Seuls les propriétaires de logements loués nus et dont les loyers sont imposés dans la catégorie revenus fonciers pourront bénéficier de cette mesure. De même, les propriétaires relevant du régime micro-foncier ne pourront pas profiter de cette mesure.
Il faut également qu’il s’agisse de travaux non urgents, réalisés en 2018, qui auraient pu être reportés.

 

Tous les travaux sont-ils concernés ?

Pour que cette mesure soit réellement intéressante pour les propriétaires, il faut que les travaux soient assez importants. Dans le cadre de petits travaux, entièrement imputables des revenus fonciers, cela ne sera pas avantageux. L’idéal est que le coût de ces travaux soit supérieur ou égal à deux fois le montant des loyers perçus auxquels on ajoute 21 400 €, soit deux fois le montant du déficit annuel imputable.

Cette mesure a été mise en place dans le cadre de l’instauration du prélèvement à la source en 2019. De ce fait, elle ne concerne que les travaux réalisés cette année. 2018 est donc l’année pour réaliser de gros travaux !

Partagez l'article : Facebook Linkedin Twitter Google Plus Mail

Votre simulation pinel personnalisée

Avec un investissement Pinel, vous pouvez bénéficier d’une réduction fiscale allant jusqu’à 63 000 € !
Et vous, quel sera le montant de votre économie d’impôt ?

Etude gratuite et sans engagements