Loi Pinel : l’immobilier locatif ancien a le vent en poupe

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités immobilières
  • Commentaire 0
Depuis 4 ans, l'investissement locatif dans l'ancien fait son grand retour. Une situation qui s'observe aussi bien à Paris qu'au niveau national et qui s'explique essentiellement par les conditions bancaires exceptionnelles de ces derniers temps.
Accueil / Actualités / Actualités immobilières / Loi Pinel : l’immobilier locatif ancien a le vent en poupe

« Emprunter plus, acheter plus grand »

Selon Laurent Vimont, Président Century 21 France, le marché immobilier français connaît actuellement un dynamisme surprenant depuis 2014. Après avoir progressé de 11 % entre le 1er septembre 2016 et le 1er septembre 2017, l’activité s’est stabilisée à des niveaux particulièrement élevés. Jamais, auparavant, le nombre de transactions n’avait atteint la barre des 956 000 acquisitions annuelles, annoncée récemment par les notaires.

Une situation qui s’explique par des prix de l’immobilier relativement intéressants. En effet, même s’ils connaissent une légère hausse, ils restent bien en dessous des prix atteints il y a 7 ans. À ce jour, le prix du m² dans l’ancien est de 2 590 € contre 2 693 € en 2011.

pinel-ancien-marche-dynamique

Mais la principale raison de ce retour en force de l’investissement locatif ancien repose sur les taux historiquement bas et les conditions d’octroi plus souples de la part des banques. En effet, de plus en plus de banques accordent des prêts sans apport personnel.
Un contexte qui a permis à de nombreux ménages d’accéder enfin à la propriété.

 

En partant sur une mensualité de 1000 € sur 20 ans, un ménage peut emprunter aujourd’hui 211 000 €, contre 160 800 € en 2011.

50 000
Grâce aux conditions bancaires exceptionnelles, les ménages bénéficient de 50 000 € supplémentaires, ce qui représente environ un quart du montant moyen d’un achat immobilier en France : 214 385 €.

Le retour des investisseurs

 

On estime que le nombre de transactions devrait être compris entre 950 000 et 975 000 d’ici la fin de l’année 2018. Selon Laurent Vimon, on assiste à un « retour massif des achats à titre d’investissement locatif ». Ces derniers représentent, au niveau national, 20,1 % des acquisitions dans l’ancien. Une augmentation de 17,5 % entre le 1er semestre 2017 et le 1er semestre 2018.
Dans la capitale, 26,8 % des achats immobiliers sont des investissements locatifs dans l’ancien.
La période est donc particulièrement favorable à l’investissement immobilier et devrait se poursuivre si la loi ELAN ne vient pas casser cette dynamique.

Tant que les taux se maintiennent à un bas niveau et que les établissements bancaires conservent des conditions d’octroi de prêts souples, le marché immobilier peut continuer à battre son plein. Les Français achètent, en sachant raison garder. Attention toutefois, une trop forte hausse des prix aurait inéluctablement des conséquences sur le financement et entraînerait une augmentation de l’apport personnel nécessaire des acquéreurs. Laurent Vimon, président Président Century 21 France

Pas de commentaire