Logement : les mesures pour redonner du pouvoir d’achat aux salariés

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités
  • Commentaire 0
Les sept axes du plan d’investissement volontaire d’Action Logement ont été dévoilés par Julien Denormandie, mardi 30 avril. Ils visent à favoriser l’accès au logement décent et la mobilité des salariés. Aides à la rénovation énergétique, au déménagement et à l’adaptation au vieillissement, le point sur les mesures annoncées.
Accueil / Actualités / Logement : les mesures pour redonner du pouvoir d’achat aux salariés

Destiné à améliorer le pouvoir d’achat des locataires et des propriétaires, le plan d’investissement volontaire d’Action Logement débloque neuf milliards d’euros et crée de nouvelles aides au logement pour les salariés modestes. Par « modeste », il faut comprendre « ANAH modestes », soit 24 918 euros de revenu fiscal de référence en Ile de France, 18 960 pour le reste de la métropole. L’objectif : favoriser la rénovation des logements. Ces aides cumulables avec les dispositifs déjà existants seront mises en place dès cet été. Le gouvernement réaffirme ainsi sa politique de logement axée sur la réhabilitation plutôt que la construction. Voici les mesures qui vous concernent :

Améliorer la performance énergétique de son logement

Les salariés aux revenus modestes ou les propriétaires les logeant pourront, dès septembre, bénéficier d’une subvention à la rénovation énergétique, plafonnée à 15 000 € pour les propriétaires-bailleurs et jusqu’à 20 000 € pour les propriétaires occupants. Cette aide pourra être complétée par un prêt de 10 000 à 30 000 € pour financer des travaux complémentaires de rénovation du logement. L’idée est, au bout de compte, d’alléger la facture d’électricité et de chauffage. Seront concernés par cette mesure, tous les appartements et maisons, en résidence principale, situés dans les territoires où il est impératif de réinvestir, les zones B2 et C, dans les 222 villes du dispositif Action Cœur de Villes et dans les D.O.M.

Voeux de Jacques Mézard et Julien Denormandie aux acteurs institutionnels, aux élus et à la presse (Espace Clacquesin - Malakoff)

Adapter son habitat au vieillissement

A travers cette mesure, le gouvernement s’engage pour prévenir le risque de chute des personnes âgées et rendre l’habitat plus inclusif. Elle propose un financement aux propriétaires qui souhaitent rendre leur bien accessible aux personnes âgées. La subvention de 5 000 € est destinée à des travaux d’adaptation des sanitaires. Qui peut bénéficier de cette aide ? Les anciens salariés de plus de 70 ans, ou en situation de dépendance, aux revenus modestes et les parents d’un salarié d’une entreprise de plus de 10 salariés répondant aux mêmes conditions d’âge et de revenus. Seuls certains travaux sont concernés par cette aide : fourniture et pose d’une douche à l’Italienne avec sol antidérapant, d’un lavabo destiné aux personnes à mobilité réduite, d’une cuvette de WC rehaussée et de barres d’appui ou encore les travaux connexes à ces équipements.

Déménager pour réduire la distance domicile-travail

Une aide au déménagement de 1 000 € est prévue pour les salariés qui déménagent ou ceux qui démarrent un nouveau contrat de travail et souhaitent se rapprocher de leur entreprise. Les salariés pourront bénéficier de cette prime si leur temps de trajet domicile-travail est réduit à moins de 30 minutes en voiture ou peut se faire en transport en commun. Cette mesure vise à améliorer les conditions de vie des salariés tout en favorisant l’accès à l’emploi. Autre pendant de cet axe, le développement des espaces de coworking.

Rénover l’habitat ancien

Le plan prévoit l’acquisition de copropriétés très dégradées afin de procéder à des travaux de remise en état. Cette mesure vise à lutter contre le mal-logement et le risque d’insécurité des propriétaires et locataires qui occupent ces logements. Une enveloppe de 300 millions d’euros, sous forme de dotations propres et de prêts, est destinée à l’acquisition et la réhabilitation de logements indignes, insalubres ou dégradés dans les centres-villes.

Transformer les locaux vacants en logements

Pour soulager le marché, Action Logement a identifié 135.000 mètres carré de bureaux vacants en Ile-de-France susceptibles d’être transformés. Le plan prévoit la création d’une société foncière destinée à acheter, en zone tendue, des locaux professionnels et des bureaux vacants pour les transformer en logements locatifs social et intermédiaire. 24 000 nouveaux logements devraient ainsi voir le jour, dont 40 % de logements sociaux et 20 % d’intermédiaires. Les 40 % restants seront répartis en logements libres et bureaux afin d’assurer la mixité sociale. Un appel à manifestation d’intérêt sera lancé cet été aux propriétaires désireux, via une société foncière dédiée, d’acquérir le patrimoine vacant.

Améliorer l’habitat dans les Outre-mer

Une enveloppe spéciale est destinée à la déclinaison des différentes mesures du plan d’investissement volontaire dans les D.O.M. pour répondre aux besoins spécifiques de ces territoires. 1,5 milliard d’euros sera consacré à 42.000 logements ultra-marins.

Le logement social au cœur des mesures

Parmi les sept mesures, plusieurs concernent le monde HLM. Le gouvernement prévoit de soutenir le développement de logements sociaux en contribuant au maintien des moyens d’investissement des bailleurs sociaux. À partir de la fin de l’année jusqu’en 2022, le plan prévoit une enveloppe de 1.2 milliards pour soutenir la restructuration du secteur prévue induite par la loi Elan. 28 000 logements sont concernés.

Pas de commentaire