Baisse des mises en chantier de logements neufs

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités, Actualités immobilières
  • Commentaire 0
Selon les derniers chiffres publiés par le ministère de la Cohésion des territoires, le nombre de logements mis en chantier a reculé de 3,4 % de janvier à mars 2018 comparé aux trois mêmes mois de 2017. Seraient-ce les premiers signes d'un recul dans le secteur du logement ?
Accueil / Actualités / Baisse des mises en chantier de logements neufs

Forte baisse du logement collectif

Au cours du premier trimestre 2018, les mises en chantier de logements neufs se sont élevées à 97 800, enregistrant un recul de 3,4 %. Des chiffres qui s’expliquent par le fait que la diminution des logements collectifs n’a pas été contrebalancée par la hausse des logements individuels. En effet, si ces derniers ont progressé de 2,9 % entre janvier et mars, les logements collectifs ont eux reculé de 5,6 %.

En ce qui concerne les permis de construire, ces derniers ont également connu un recul sur ce premier trimestre 2018. Avec 113 600 permis de construire délivrés, ils enregistrent une baisse de 1,6 %. Contrairement à la situation des mises en chantier, ce sont les logements individuels qui ont connu une baisse de 9,1 %, alors que les logements collectifs ont progressé de 6,7 %.

Une situation qui s’inverse sur un an

diminution-construction-immobilierCependant, si l’on s’intéresse aux 12 derniers mois, les mises en chantier et les permis de construire ont augmenté. Comparé aux 12 mois précédents, ils ont progressé respectivement de 9,2 % soit 425 800 unités et de 3,7 % soit 496 300 unités.
Plus précisément, si l’on regarde selon le type de logement sur la même période, les mises en chantier des logements individuels ont connu une hausse de 10,3 %. Concernant les logements collectifs, la hausse est de 10,8 %.

De son côté, le taux d’annulation des logements individuels autorisés à la construction est de 10,5 % pour le mois de mars contre 12,3 % en moyenne sur les 10 dernières années.
Concernant les logements collectifs, ce taux d’annulation est de 24,1 % en mars contre 18,7 % en moyenne sur les 10 dernières années.

Enfin, s’agissant du délai moyen d’ouverture de chantier, il est d’environ 5 mois pour les logements individuels et de 11 mois pour les logements collectifs. Des chiffres stables sur les 12 derniers mois.

Selon les professionnels, tous ces chiffres s’expliquent par le manque d’offre. Selon Alexandra François-Cuxac, Présidente de la Fédération des Promoteurs Immobiliers :

Il est toujours aussi difficile de transformer des permis en chantier car les coûts de construction augmentent sensiblement mais également parce que le fléau des recours continue. Il existe aussi des communes où les servitudes de mixité sociale dépassent les 50 %, ce qui bloque des
projets.

Pas de commentaire