De l’intérêt d’acheter une maison secondaire

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités
  • Commentaire 0
Accueil / Actualités / De l’intérêt d’acheter une maison secondaire

En ces temps propices aux affaires immobilières, la tentation peut être grande d’investir dans une maison secondaire plutôt que dans un logement à vocation locative. Mais attention, un tel achat n’est pas sans risque.

Sites internet et experts immobiliers chantent à l’unisson : le marché va bien. Mieux, des affaires sont à faire. Pour les ménages possédant un petit pécule, la tentation peut être forte d’investir dans une résidence secondaire, à la mer ou à la montagne, selon les goûts. Ou simplement à la campagne, pour fuir les tourments de la ville. Le quotidien La Croix s’est penché sur le sujet et, première chose à savoir, il n’existe aucune aide pour ce type d’investissement.

Ni Pinel, ni Malraux et encore moins Duflot

Une crise du logement s’est durablement installée en France. La demande est beaucoup plus forte que l’offre, particulièrement dans certaine zones (Paris et sa banlieue…). Les gouvernements successifs ont tous tenté de relancer la construction de logements à coups de loi, sans pour autant trouver la bonne carburation. La dernière en date, la loi Pinel, semble fonctionner. Mais il semble logique que les dirigeants n’aident pas à l’achat de maisons qui resteront vides une longue partie de l’année.

D’autant qu’en cas de revente d’une maison secondaire, la plus-value est taxée à 19%, en plus des prélèvements sociaux de 15,5%. Il est possible d’être exonéré des 19% si le bien a été acheté il y a plus de 22 ans. Le question à se poser est donc de connaître au préalable le devenir de cette maison (y vivre à la retraite, revente…) et d’y aménager son projet en fonction. Par exemple, une location saisonnière peut permettre de rembourser une partie du crédit.

La définition du projet impose également de bien réfléchir à la localisation du bien. Que ce soit pour la retraite ou une location temporaire, le bien doit être attractif et vivable (commerces à proximité…). Une fois passée la barre des 22 ans, par contre, une revente peut être tout à fait bénéfique, pour peu que le bien se soit valorisé.

Pas de commentaire