2016 : une année record dans l’immobilier

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités
  • Commentaire 0
Le secteur immobilier fut fortement dynamique cette année, les transactions ont atteint un nombre record. Revenons sur quelques chiffres clés de cette année qui se termine.
Accueil / Actualités / 2016 : une année record dans l’immobilier

Un nombre record de transactions

Le nombre de transactions a connu une hausse considérable en 2016. On parle même de « record historique » du côté des professionnels et cela se prouve par un chiffre hallucinant dans l’ancien : 850 000 transactions actées. Est-ce l’effet de la montée en puissance de l’ère numérique dans le secteur immobilier –les annonces passent de plus en plus en ligne- ou les efforts des agents immobiliers qui se sont avérés payants dans l’ancien ? Ces chiffres sont en tout cas inédits.

Hausse légère du prix des logements

Le fait le plus marquant dans le bilan immobilier de cette année reste la stabilité du prix du logement malgré la montée de la demande. En effet, certains s’attendaient à une explosion des prix, mais on a juste remarqué une hausse minime dans les grandes agglomérations, notamment la capitale. La tendance était plutôt à la baisse dans les villes moins dynamiques et peu denses. Dans l’ensemble, les prix des logements existants sont restés stables, au profit des acquéreurs, et ce sont les acquéreurs.

Taux d’intérêt en chute libre

2016 est aussi une année favorable pour ceux qui ont opté pour le crédit immobilier, afin de s’offrir la maison de leur rêve. Pourquoi ? Tout simplement parce les taux d’intérêt proposés n’ont jamais été aussi bas. On parle même d’une baisse « constante » des taux dans le secteur. Conséquence : les ventes de biens explosent, car les gens se ruent dans les maisons de crédit pour profiter de ces taux avantageux, avant qu’ils ne remontent.

Et pour 2017 ?

Les professionnels de l’immobilier s’attendent déjà à une remontée des prix en 2017, notamment dans la capitale où les prix des appartements pourraient frôler la barre des 8 500 euros le mètre carré dès janvier prochain. D’un autre côté, on n’exclut également pas une remontée des taux d’intérêt accompagnant les prêts immobiliers, ce qui atténuera sans doute le dynamisme actuel des emprunteurs. Une baisse de volume des transactions est donc aussi à craindre.

Pas de commentaire