Suivez-nous :

Gaz et fioul : les interdictions reportées

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités
  • Commentaire 0
Les nouvelles annonces du Gouvernement ont entraîné le chamboulement des calendriers relatifs aux interdictions du chauffage au gaz et au fioul. Il souhaite accorder plus de temps aux Français et aux professionnels pour préparer cette évolution. Participant à la transition écologique, ces mesures, prévues initialement pour juillet 2021 et janvier 2022, sont finalement repoussées de 6 mois.
Accueil / Actualités / Gaz et fioul : les interdictions reportées

Un sursis accordé au chauffage au gaz

L’interdiction d’installation de chaudières au gaz est repoussée pour la seconde fois. Janvier puis juillet 2021, c’est finalement en janvier 2022 qu’elle entrera en vigueur. Elle s’appliquera uniquement aux logements neufs. À partir de cette date, pour les maisons individuelles dont le permis de construire sera déposé, il faudra opter pour un autre mode de chauffage. Concernant les logements collectifs, la fin du chauffage au gaz était prévue en 2024. Elle sera finalement pour le 1er janvier 2025. Le Gouvernement entend laisser plus de temps pour développer des alternatives au gaz plus puissantes. Pour les maisons, il souhaite promouvoir les pompes à chaleur et les chaudières à granulés, pas forcément adaptées aux bâtiments d’habitation collectifs.

La fin des chaudières au fioul repoussée également

L'interdiction des nouvelles installations de chaudières au fioul entrera en vigueur mi-2022.

Puisque janvier 2022 sera consacré à la fin du chauffage au gaz, celle du chauffage au fioul est reportée. Envisagée à cette date, elle est désormais fixée en juillet 2022. Elle doit concerner les logements neufs aussi bien que les anciens. 3,4 millions de foyers devraient être impactés.

Néanmoins, comme l’a précisé la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, il y aura des dérogations. En cas de difficultés techniques ou financières, les ménages concernés pourraient en bénéficier. Elle a ajouté que l’objectif n’est pas de supprimer les chaudières existantes mais de les changer progressivement. Elles pourront ainsi continuer à subir des réparations jusqu’à leur fin de vie.

Les Français hostiles au changement

Hellio et FioulReduc ont réalisé une étude concernant l’interdiction d’installation de nouvelles chaudières au fioul. Elle révèle que 32 % des sondés ne souhaitent pas changer leur mode de chauffage et 16 % n’acceptent pas de modifier leurs habitudes. Concernant l’aspect financier, 36 % s’inquiètent de ne pas avoir les moyens de procéder au changement. Plus généralement, près d’un consommateur sur deux a la volonté de conserver son chauffage au fioul. Même si parmi eux, 22 % envisagent de changer le brûleur pour rendre la chaudière compatible au biofioul.

Bien qu’il soit plus cher qu’une chaudière à granulés ou une pompe à chaleur, les Français semblent vouloir continuer à se chauffer au fioul. À cette partie de la population s’ajoutent 38 % de particuliers qui ne savent pas. Donc, selon cette enquête, seulement 15 % sont prêts à passer à une autre énergie. Comme le met en avant le Gouvernement, cette réticence majoritaire peut relever d’un manque de pédagogie. C’est pourquoi, il souhaite consacrer le délai supplémentaire accordé à délivrer de plus amples explications.

  • Pour les maisons individuelles construites à partir de janvier 2022, l’installation d’un chauffage au gaz sera interdite.
  • 2025, est l’année retenue pour l’extension de cette interdiction aux logements collectifs neufs.
  • L’installation d’une chaudière au fioul dans les habitations neuves comme anciennes ne sera plus permise à partir de juillet 2022.

Pas de commentaire