Rentrée 2019 : un marché de l’immobilier qui bat tous les records

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités immobilières, Conseils
  • Commentaire 1
Plus de ventes, moins de délais, plus de budget et des taux qui n'en finissent pas de chuter, tous les éléments sont réunis pour que le marché de l'immobilier démarre la rentrée sur les chapeaux de roues.
Accueil / Actualités / Actualités immobilières / Rentrée 2019 : un marché de l’immobilier qui bat tous les records

Immobilier : une rentrée boostée par les transactions.

La rentrée est prometteuse pour tous les Français qui souhaitent investir dans l’immobilier. En effet, le marché n’a jamais été aussi clément. Ces trois derniers mois le nombre de transactions a décollé. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : à l’échelle nationale, les ventes ont augmenté de près de 18 %. Si la progression reste timide en Ile-de-France, avec une hausse de 4,5 %, elle atteint 24,4 % en province. Une situation qui met en lumière un marché dynamique malgré des prix élevés. L’immobilier reste donc, aux yeux des Français, un investissement sûr qui a la côte notamment grâce aux taux de crédit bas. Si cette tendance perdure, il y a fort à parier que la barre du million de ventes sera franchie avant la fin de l’année.

Acheteurs et vendeurs y trouvent leur compte.

Acheteurs-vendeurs-immobilier-rentrée

Si le marché de l’immobilier se porte si bien, c’est aussi que tous les éléments sont réunis pour satisfaire à la fois l’acheteur et le vendeur. Malgré les prix de l’immobilier toujours en plus élevés, les acteurs du marché se sont adaptés en réajustant certaines variables. Ainsi, la part du budget des ménages dédiée à l’achat d’un logement a augmenté de 3 % en un an. Aujourd’hui, en moyenne, il faut compter 336 000 € pour l’achat d’un deux-pièces, soit 3 % de plus qu’en juin 2018. Cette donnée ne vient pas pour autant entacher le ciel sans nuage du marché immobilier. Il confirme même l’attrait des Français pour la pierre puisque ces derniers sont prêts à mettre plus d’argent pour acquérir un bien immobilier. De plus, les délais de vente se sont, eux, raccourcis. En un an, la tension s’est accrue et certains biens sont vendus en quelques heures. Une situation qui plaît aux vendeurs qui se trouvent alors en position de force. Pour les appartements, les délais de vente se sont raccourcis de 2 % à 10 %. La baisse enregistrée est de 3 % à 8 % pour les maisons.

Des conditions exceptionnelles.

Les excellents résultats enregistrés depuis le début de l’année sont bien évidemment liés à la baisse exceptionnelle des taux de crédit. À la rentrée, la chute des taux semble continuer et promet de belles opportunités. Car emprunter à un taux inférieur à 1 % est un argument de taille au moment de se décider à acheter un bien immobilier. Les banques se montrent très favorables à l’octroi de prêts immobiliers. Vient s’ajouter à cela des prix qui se stabilisent dans la plupart des métropoles de France. Ce contexte ouvre de nouvelles perspectives aux ménages plus frileux ou au dossier moins bons à se lancer dans l’aventure. Pour la rentrée, de nombreux compromis vont être signés si l’on en croit un sondage réalisé en juillet auprès de nombreux notaires.

Un avenir prometteur.

Les professionnels interrogés se sont montrés optimistes quant à l’évolution du marché dans les mois à venir. Ils mettent en garde toutefois contre un éventuel revirement de situation. Car, rien ne dit que quelques nuages ne pourraient pas venir assombrir ce ciel dégagé au beau fixe depuis bien longtemps. Alors, le principe de précaution s’applique. Plus de 75 % des interrogés estiment qu’il vaut mieux profiter des conditions actuelles pour vendre ou bien acheter un bien. Même si pour le moment, l’avenir s’annonce radieux pour l’immobilier français, la guerre commerciale entamée par les Etas-Unis et l’ombre d’un Brexit sans compromis pourraient changer la donne.

Commentaire (1)

  • Christine de Prelys Courtage

    Bonjour et merci pour cet article fort intéressant. Eh oui, c’est le moment idéal pour demander un crédit immobilier, renégocier son prêt ou se lancer dans le locatif pour préparer sa retraite.

    Répondre