Le marché de la construction immobilière en crise

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités immobilières
  • Commentaire 0
Éprouvé depuis le début de l'année 2018, le nombre de chantiers de mise en construction de logements neufs a largement reculé entre juillet et septembre. Cette tendance, annoncée par le ministère de la Cohésion des territoires, vient à l'encontre du "choc de l'offre" espéré et promis par le président de la République lors de ces discours. Point sur un marché en déclin...
Accueil / Actualités / Actualités immobilières / Le marché de la construction immobilière en crise

Quelle est la situation à aujourd’hui ?

construction-immobiliere-crisePendant deux ans, le marché de la construction neuve a connu une progression régulière jusqu’en ce début d’année 2018 où l’on observe un réel ralentissement des mises en chantier. Véritable écueil pour le gouvernement qui lui, annonçait une promesse de relance de l’offre grâce notamment au projet de loi sur le logement. D’après les chiffres annoncés par le ministère de la Cohésion des territoires, les données sont plutôt alarmantes, pour les mises en chantier, on note une baisse de 7.9 % par rapport à l’année précédente ; concernant les permis de construire, une baisse a été enregistrée de l’ordre de 10.2 %.

Seul le marché des logements individuels groupés (constructions au sein de programmes immobiliers) connait un léger redressement. A contrario, les maisons individuelles et les logements collectifs restent sur la tendance en baissant de 11 % et 17 % sur la période de référence.

Concernant les permis de construire, le constat n’est donc pas mieux. Que ce soit dans le domaine du logement collectif (-4.7 %) ou du logement individuel (-3.2 %) les demandes s’essoufflent et suivent le mouvement général.

26 %
C’est le taux d’annulation de permis de construire déposés concernant la construction de logements collectifs, contre 11 % dans le logement individuel.

Les municipales de 2020, seraient-elles un des sources de cette orientation ?

Ces chiffres largement à la baisse depuis le début d’année 2018 peuvent être expliqués par plusieurs facteurs. Le premier motif valable : des maires de plus en plus frileux à l’approche des municipales de 2020 qui arrivent à grand pas… En effet, il y aurait à priori bon nombre de communes où les maires en place refusent en masse les permis de construire pour des raisons politiques. Ceci peut également s’expliquer par des raisons purement économiques ;  les communes ne sachant pas encore comment le gouvernement va compenser la perte de la taxe d’habitation actuellement en cours de suppression.
La dernière possibilité évoquée : les 1.5 milliards d’euros d’économies devant être réalisées à la demande du gouvernement, n’incitant pas à la concrétisation de projets de grosse envergure.

Le gouvernement doit donc faire face à cette tendance depuis déjà quelques mois et n’a pas, pour le moment souhaité s’exprimer sur le sujet. Pour retrouver plus d’informations concernant la situation rendez-vous sur le site du ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.

Pas de commentaire