Suivez-nous :

Maquettes numériques : une autre vision de la construction

  • Publié le
  • Rédigé par
  • Actualités, Actualités immobilières
  • Commentaire 0
Relancer le marché immobilier français de manière durable, voilà l’une des promesses du gouvernement faite il y a déjà plus d’un an. Dans cette optique, les politiques ont débloqué dix millions d’euros répartis sur trois ans, pour vulgariser l’usage de la maquette numérique.
Accueil / Actualités / Maquettes numériques : une autre vision de la construction

« Choc d’offre » promis par Emmanuel Macron

Il y a un an, le président de la République promettait de relancer le dynamisme du marché immobilier en créant un choc d’offre afin de renverser les statistiques de la loi de l’offre et la demande actuels. Il est vrai que la baisse des taux a mené à une explosion de la demande des acheteurs et donc une hausse des prix de l’immobilier. Hausse qui semble se raisonner dans l’immobilier neuf car ce type de bien n’a subit qu’une augmentation de 1,8 % sur un an et les prix avoisinent les 4 358 € en moyenne, selon la Fédération des promoteurs immobiliers.

Le numérique, l’immobilier de demain

Il est vrai que lorsqu’il s’agit d’acheter à l’aveugle, l’apparition du numérique dans le domaine immobilier a créé une petite révolution. Robin Rivation, économiste, vient de remettre un rapport sur la transformation numérique dans la construction à Julien Denormandie, actuel ministre du Logement. Mais tous les acteurs intervenant dans les étapes de construction ne sont pas convaincus de l’efficacité et surtout, de l’utilité, du numérique dans leur métier. C’est pourquoi, depuis le mois de novembre 2018, dix millions d’euros ont commencé à être débloqués afin de donner accès à l’information aux métiers concernés. Ce, dans l’objectif de vulgariser l’utilisation de la maquette numérique dès le début de l’année 2022. Une plateforme publique gratuite a d’ailleurs été développée et regroupe aujourd’hui plus de 8 000 utilisateurs.

BIM et impression 3D, le bilan

impression-3D-batiment-avenir

La Building Information Modeling (BIM) ou maquette numérique, vise à accélérer les délais de construction de bâtiments commerciaux comme résidentiels et permet un travail « collaboratif plus étroit, plus rapide et réactif à toutes les étapes », d’après le ministère de la Cohésion des territoires. Malgré les diverses craintes des acteurs de la construction, ce sont plus de 4 000 projets qui ont été lancés en utilisant la BIM en France, depuis le début du plan, en novembre 2018.

L’impression 3D, méthode disposant de plus de notoriété que la BIM semble bénéficier de la préférence des professionnels. Pour autant, ces techniques réduisent le temps de fabrication et peinent à se développer. C’est aussi pour ces raisons qu’elles ne sont utilisées que pour les maisons individuelles et moins régulièrement pour les bâtiments collectifs. Ainsi, le premier bâtiment créé par impression 3D est sorti de terre en mars 2018 et seulement aujourd’hui, en novembre 2019, un second devrait voir le jour à Reims.

Bien que son arrivée dans le processus de construction ne touche que de loin le quotidien des Français, la technologie de la maquette numérique devrait se diffuser plus largement que l’impression 3D. Les délais pourront être réduits, les défauts atténués, mais l’impact sur les prix ne sera pas remarquable de suite. Affaire à suivre…

Pas de commentaire