Immobilier : quel marché en 2017 ?

C’est quand tout va bien qu’il faut s’inquiéter de l’avenir. Et comme le marché immobilier est en pleine forme, le temps est venu de se projeter en 2017.

Quel marché immobilier en 2017 ?

Quelle est la situation de l’immobilier en 2016 ? Excellente. Les volumes de ventes sont en augmentation, les mises en chantier de logements neufs également. Après avoir baissés pendant des années, les prix repartent à la hausse, tant dans le neuf que dans l’ancien. Les taux d’intérêts continuent, eux, de baisser à des niveaux records, et la loi Pinel a séduit les investisseurs. Enfin, les primo-accédants sont aussi de retour sur le marché, notamment grâce à la nouvelle mouture du prêt à taux zéro (PTZ).

Si la situation n’évolue pas, elle pourrait rester ainsi encore de longues années : une hausse légère mais progressive des prix, des taux qui restent bas et un attrait de plus en plus fort pour les investissements dans la pierre, qui se répandrait de plus en plus aux particuliers.

Et si ça change..?

Le première crainte, et la plus logique, est que les taux remontent. Que la hausse soit brutale ou plus longue, le résultat devrait être le même : chute des investissements, ralentissement des ventes et des constructions, stabilisation des prix en réaction. Car si l’immobilier se porte bien aujourd’hui, c’est bien grâce à l’accès facilité au crédit.

L’autre interrogation concerne les prix. Si la hausse actuelle se poursuit, voire s’accélère, le marché immobilier ralentirait à nouveau, mais probablement moins vite qu’après une hausse des taux. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, des prix trop haut freineraient les particuliers, peut-être moins les investisseurs.

Malgré l’embellie, le marché immobilier n’est pas à l’abri d’un retournement. Preuve que le secteur n’est pas encore totalement stabilisé.

Crédit photo : Who is Danny / Shutterstock

Partagez l'article : Facebook Linkedin Twitter Google Plus Mail

Votre simulation pinel personnalisée

Avec un investissement Pinel, vous pouvez bénéficier d’une réduction fiscale allant jusqu’à 63 000 € !
Et vous, quel sera le montant de votre économie d’impôt ?

Etude gratuite et sans engagements