Le profil type de l’investisseur locatif

La loi Pinel, comme son ancêtre la loi Duflot, a pour objectif d’inciter les investisseurs dans le locatif à revenir sur le marché du logement neuf et, plus généralement, de relancer la construction de logements. Si les premiers résultats positifs se font encore attendre, la loi Pinel offre bien plus d’avantages que la loi ALUR et semble avoir convaincu les particuliers investisseurs dans le locatif. Mais qui sont-ils ? En s’appuyant sur une étude du Crédit Foncier, nous avons dressé le portrait-robot de l’investisseur type national et Toulousain.

Profil de l’investisseur locatif

Les caractéristiques de l'investisseur locatif
L’âge moyen des investisseurs oscille entre 45 et 46 ans, la tranche d’âge la plus représentée étant les 40/50 ans (38%). Suivent les plus de 50 ans (34%), les 30 à 40 ans (24%) et enfin les moins de 30 ans (4%). Plus généralement, les plus de 40 ans représentent 72% des investisseurs locatifs particuliers, proportion qui n’a pas évolué depuis 2010.

Le revenu annuel médian est en hausse de 5,8% entre 2010 et 2015. Les disparités sont cependant importantes en fonction des régions : 74 390 euros en Ile-de-France (+9,26%), 73600 en Rhône-Alpes (+8,29%) et 65340 euros en Provence-Alpes-Côte d’Azur (-3%).

Une majorité des investisseurs particuliers sont mariés, 9% sont pacsés et 6% en union libre. L’investissement locatif séduit de plus en plus de couples, ils représentent 74% des investisseurs en 2015 contre 70% en 2010. Les célibataires sont 17% à investir, 9% sont divorcés, séparés ou veufs.

Profil du logement acheté

Le logement type recherché par les investisseurs
Les maisons représentent 10% des investissements locatifs.

Le bien typique est un T2 de 41 m2. Il représente 59% des investissements en appartement.

– Le coût médian baisse de 4% par rapport à 2014, après une hausse de 10% entre 2010 et 2014. Une baisse logique, les investisseurs se tournant de plus en plus vers des biens de moins de 100 000 euros (24% contre 20% en 2010).

– Enfin, les trois régions attirant le plus d’investissements locatifs n’ont pas changé depuis 2010, seul l’ordre a évolué. L’Ile-de-France reste en tête (20,5%) tandis que Midi-Pyrénées passe deuxième (15,4%) devant PACA (12,2%).

Avec les données actuelles, la future grande région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon passerait première, avec 23,6% des investissements locatifs.
 
 
 
 
 
 

L’investisseur locatif toulousain

L’investisseur locatif toulousain typique a 46 ans et gagne 66 500 euros par an, très proche de la moyenne nationale. Il se démarque sur le coût médian de son achat, supérieur de 16%, et sur la surface du logement, supérieure de 17%. En conséquence, le montant médian emprunté est plus élevé de 20% et le temps de remboursement est plus long de 2 ans et six mois.
Le profil type de l'investisseur toulousain
 

Partagez l'article : Facebook Linkedin Twitter Google Plus Mail